fbpx

Jirô Taniguchi : une balade onirique au coeur du Louvre

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ « Dans la foulée du salon international de la bande dessinée de Barcelone», un dessinateur japonais fait une étape à Paris. Cloué au lit à cause de la fièvre, il est pris de l’angoisse de la solitude. Dés qu’il se porte mieux, il décide cependant de,consacrer trois jours à la découverte du Louvre, qu’il réalise n’avoir jamais visité.

Le premier jour, il a un malaise et il voit apparaître une femme vêtue de rose qui lui explique qu’elle est un des gardiens du Louvre- sa mémoire – et elle lui permet notamment de découvrir La Joconde alors que la salle est étrangement déserte. Rêve? Magie? Comment est-il possible que le lendemain il puisse vivre un retour dans le temps et rencontrer le peintre japonais Asai Chû ou encore Camille Corot? Cette célèbre dame ( dont nous ne vous dévoilerons pas l’identité) va lui permettre de comprendre que « le Palais du Louvre est un dédale situé à la frontière du rêve et de la réalité» et lui offrir l’occasion de réaliser un rêve aussi merveilleux qu’impossible.
Ecrite selon les règles du manga mais dans un format de bande-dessinée, ce nouvel ouvrage de Jirô Taniguchi est un hommage touchant à l’art et notamment à la peinture et au dessin. On se promène avec plaisir en compagnie de ce dessinateur dans les couloirs du fameux monument historique et on se laisse aller avec lui à la rêverie. A aimer et à offrir.

Les gardiens du Louvre

Auteur: Jirô Taniguchi
Traduit du japonais par Ilan Nguyên
Éditions : Futuropolis & Louvre Éditions
Parution: Décembre 2014
Prix: 20€

A lire aussi:

La Faute : Michaël Sztanke, Alexis Chabert et la Corée du Nord

Ekhö, Monde Miroir : des paillettes, des Preshauns et du piquant toujours!

Patrick Prugne : un récit à hauteur des mômes de la Butte

Pinocchio : une récréation pour petits et grands!

BD Jeunesse : Nicolas, la mer et ses secrets

Les derniers mois chaotiques du maître Modigliani

Le dixième peuple : la magie contre le chaos

Quand l’histoire bégaie…

Désopilants Zombies contre Affreux Vilains

Un arrêt de mort est si vite arrivé

Koba ou quand l’Histoire a un goût de sang

Laissez votre commentaire