fbpx

David Carr : la disparition d’une icône de la presse

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / L’un des journalistes les plus charismatiques du New York Times s’est effondré dans la salle de rédaction le 12 février au soir où là même il a gravi les échelons un à un. Diplômé de l’Université du Minnesota en psychologie et journaliste, David Carr a connu un passé sombre de toxicomanie. Il a vécu tous les affres de la vie d’un toxicomane ou presque. Il s’est détaché de la drogue suite à un cancer auquel il a réchappé.

Il a fait ses premières armes journalistiques dans un journal local « The Twin Cities Readers» jusqu’à se hisser petit à petit jusqu’au prestigieux quotidien new-yorkais, le «New York Times» où il tenait notamment une rubrique hebdomadaire devenu célèbre «The Media Equation» située à «l’intersection des médias et du numérique».
J’ai découvert l’existence de David Carr en 2011 lorsque je rédigeais un papier sur l’excellent documentaire réalisé par Andrew Rossi : « Page One : À la Une du New York Times » qui, déjà mettait en exergue les difficultés qui frappaient l’ensemble des médias américains et notamment le New York Times (voir ici). L’immersion était totale au coeur de la rédaction du grand quotidien américain. David Carr y apparaît à de nombreuses reprises où avec son style caractéristique il formulait son ressenti sur l’avenir des médias et notamment du New-York Times. Il s’était fait une spécialité de traiter la vie des médias et leurs rapports difficiles au numérique .
Ce documentaire est passionnant mais il est également fondamental dans l’analyse que font les principaux acteurs de la direction du journal sur le passage au numérique et sur l’avenir du quotidien.
David Carr avait une réputation de journaliste pugnace et tenace. Il enquêtait, recoupait, appelait les différents protagonistes des affaires sur lesquelles il travaillait pour vérifier ses informations et préparait ses papiers. David Carr représentait à mon sens une icône de cette indépendance essentielle que la presse se doit de conserver à tout prix.
Espérons que la triste disparition de notre confrère américain David Carr aura déclenché des vocations pour que la presse continue de tenir son rôle d’information et sa puissance démocratique.

BSC NEWS MAGAZINE – Février 2015 – N°78 > À lire en intégralité et gratuitement sur ce lien

Lire aussi :

Tous Charlie

Noël : la théorie du livre à (ne pas) offrir

Une histoire de la passion du fait culturel

La date de péremption de l’objet culturel

Le pari risqué de la grève culturelle

De l’art d’accumuler des livres

Prends garde, Ami lecteur

Un amour de presse culturelle

Vent de panique sur la culture ?

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à