fbpx

Cockpit Cuisine : des bricoleurs-rêveurs au théâtre du Grand Parquet

par

Par Elodie Cabrera – bscnews.fr/ Lorsque Marc Dabo pousse la porte de la maison que lui a léguée son oncle, il ne se doute pas qu’il va vivre la plus belle expérience de sa vie. À l’intérieur, un décor suranné où s’amoncellent des téléviseurs, des meubles en bois et en formica, des bibelots poussiéreux, un frigo rétro, etc. Dans cette caverne au trésor figée dans les années 80, Marc Dabo part à la découverte de Marc Blondeau, son oncle inconnu : le plus grand bidouilleur et voyageur de l’histoire.


C’est ainsi que débute cette odyssée extraordinaire, véritable pêle-mêle d’ingéniosités. Art brut, installations multi-écrans, figurines miniatures, vieux phonographe, train électrique, loupe et jeux d’échelle, en direct, Marc Dabo et ses cousins filment des livres, des objets, les détournent et fabriquent des courts-métrages faits maison, projetés sur les téléviseurs archaïques. Les trois acolytes nous entrainent, depuis leur salon, dans les tréfonds de leur généalogie. À leurs côtés, on endosse le rôle d’aventurier, lancé à la poursuite de leur histoire familiale loufoque et attendrissante. Peu à peu, le puzzle se met en place et nous découvrons qui était l’inventeur fou que fût leur oncle et qui a imaginé des centaines de machines à voyager. Sans jamais décoller de son siège, on séjourne à Athènes, Saint-Tropez, Vladivostok pour finir en orbite dans un flirt vertigineux avec la Lune.

Tout au long du spectacle, on se souvient avec mélancolie et émerveillement de nos jeux d’enfants quand, avec trois bouts de ficelle, une paire de ciseaux et quelques feuilles cartonnées, nous étions les explorateurs d’un monde lointain, oublié des adultes : l’imaginaire. À travers Cockpit Cuisine, la compagnie de la Bande Passante recrée sous nos yeux cette magie naïve et réinvente l’aventure au sens noble. Quelques clins d’oeil aux plus grands prestidigitateurs, Jules Verne, Georges Méliès et Stephen King, ponctuent ces voyages domestiques. On recommande cette pièce à tous, aux ultra-connectés et aux amoureux du théâtre d’objets, aux fétichistes du ringard et aux prêcheurs de l’avant-gardisme. Cockpit Cuisine trouvera sans nul doute une place de choix dans votre bibliothèque à souvenirs.

Cockpit Cuisine
Les voyages domestiques de Marcel Blondeau
PAR LA CIE LA BANDE PASSANTE

Au théâtre du Grand Parquet du 5 au 22 février 2015
Du JEUDI au DIMANCHE À 20H, à l’exception du DIMANCHE 22 à 15H

A voir aussi ( ou pas…):

Les Eaux Lourdes: Elizabeth Mazev ressuscite magistralement la démence de Médée

Cendres : Quand la douce folie nous consume

Zazie dans le métro: une histoire loufoque à la mise en scène culottée

Les souris de Steinbeck peuvent dormir sur leurs deux oreilles, les hommes de théâtre veillent au grain

Le Mariage de Figaro : Beaumarchais, ardent défenseur de ces dames?

Sans Valentin : une comédie romantique qui porte un regard décomplexé sur l’homosexualité

Le Théâtre La Cible est décidément le lieu de rendez-vous des jeunes talents de l’humour !

Yolanda, le premier jour : Olivier Pochon et la quête de soi

Blind Date: une pièce labyrinthique en hommage à Borges

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à