fbpx

The Rook, entre amnésie et dossiers top secrets

par

Par Marie Der Gazerian – bscnews.fr/ « Chère Toi » sont les premiers mot de The Rook, de Daniel O’Malley. Le dialogue épistolaire s’engage entre l’héroïne et ce qui apparaît être… elle même. Amnésique, la narratrice est comme nous lectrice des lettres qu’elle a écrit avant son accident. La relation s’établit entre les deux femmes, par un jeu de pistes calculé. Alors que Myfanwy, l’héroïne, suit pas à pas les directives de son mentor, la question de l’identité va rapidement se poser : accepter de redevenir elle-même, ou faire le choix de tout quitter ?

Si la facilité la pousse vers des horizons lointains, Myfanwy subira quelques chocs traumatiques avant d’accepter de renouer avec sa vie. Le lecteur prend la main de l’héroïne et l’accompagne à la redécouverte de son quotidien, de son rythme et de ses missions. Professionnellement, Myfanwy n’a pas un métier ordinaire. Dans une organisation secrète anglaise qu’elle (re)découvre, elle occupe un haut rang : celui de Tour Thomas. Et ce n’est pas tous les jours facile de faire semblant de connaître les affaires les plus mystérieuses du gouvernement. Les chapitres oscillent entre scènes de découvertes parfois comiques et la correspondance de « Moi » à « Toi ». On découvre l’héroïne avec elle-même, et l’on s’attache à cette jeune femme maladroite en quête de son identité. Quelques mésaventures surnaturelles viennent pimenter sa vie déjà agitée : instinctivement, l’héroïne accomplit ce qu’elle doit. La Tour Thomas fait entrer l’héroïne et le lecteur dans l’engrenage de la structure dont elle révèle un a un les secrets. Et l’on comprend très vite que Myfanwy n’est pas là par hasard, car sa place lui est vouée grâce à des capacités surhumaines. Celles-ci lui permettent d’analyser les hommes et femmes qui l’entourent. Peu à peu, Myfanwy va apprendre de quelle façon elle en est arrivée là, et surtout ce qui l’attend. Entre alliés et épreuves, la jeune femme fera de son mieux pour jouer son rôle sur l’échiquier.
The Rook est une œuvre facile à lire et agréable. Elle vous emmène dans les dédales d’une organisation secrète, et vous vous prenez au jeu. Daniel O’Malley se joue des mots pour construite un échiquier moderne des caractères, avec des personnages hauts en couleur et des intrigues prenantes.

The Rook : au service surnaturel de sa majesté
de Daniel O’Malley
Super 8 éditions – mai 2014
655 pages
Traduit de l’australien par Charles Bonnot
Disponible en papier et numérique
22€ / 12,99€
Titre original : The Rook – 2012

A lire aussi:

Gipsy Song : l’Andalousie, havre d’une fille-mère américaine

52nd Street : rêveries et adolescence en Cinémascope

Et si les tableaux pouvaient guérir?

Et si la guerre de 14 n’avait pas eu lieu?

Séléné Savel : une héritière au coeur partagé

Quand les passeurs de mort remplacent le mythe de Charon

Jonah : À adopter d’urgence!

Hotel Summertime: comme un air de vacances

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à