Laurence Tardieu : «L’art comme une prise de risque»

par
Partagez l'article !

Par Stéphanie Hochet – bscnews.fr/ Le cauchemar pour l’écrivain est d’être sans suc pour écrire et de penser que cette sécheresse durera toujours. Il y a quelques années, l’écrivain Laurence Tardieu était atteinte de ce mal et croyait qu’il en serait toujours ainsi quand le hasard, la curiosité ou peut-être un mystérieux sixième sens l’ont amenée à la galerie du Jeu de Paume où l’on exposait les oeuvres de la photographe américaine Diane Arbus.

Partagez l'article !

Et quelque chose se passa. Sans doute, Laurence Tardieu avait-elle besoin d’une rencontre forte qui lui permette de sortir de son impuissance d’écrivain, sans doute a-t-elle vu une soeur en Diane Arbus qui, certes, est née à une autre époque qu’elle mais vient d’un milieu social comparable à celui de Laurence : la confortable bourgeoisie new-yorkaise, parisienne, milieux clos, …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à