fbpx

La traversée de la nuit: une leçon d’espérance par Mlle de Gaulle

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ De février 1944 à avril 1945, Geneviève de Gaulle, a été déportée au camp de concentration de Ravensbrück. Résistante au régime nazi, la nièce du général a attendu cinquante années avant de mettre en mots l’enfer de sa captivité. Avec beaucoup de pudeur et un certain optimisme, elle a livré avant de s’éteindre l’un des rares témoignages écrits concernant les femmes françaises prisonnières du Reich.

C’est avec une grande application que Benjamin Paro met en voix ce récit. Nul besoin de mascarade ou d’un quelconque décor pour parler des atrocités propres à l’univers concentrationnaire: seule sur scène, l’actrice Esmeralda Kroy se prête durant plus d’une heure à une sorte de lecture-théâtrale, très sobre.
Debout face à son public, elle est un peu raide dans sa grande robe à rayures et parle de façon liturgique. Les bras ballants et la voix éraillée, elle décrit d’abord son cachot dans ce camp pour femmes de Ravensbrück. La nuit y règne autant que cette peur au ventre qui ne cesse de la ronger. De façon aléatoire, elle évoque la faim, les cobayes humains, les supplices sans anesthésie qui raisonnent dans les couloirs, puis elle essaye de ne plus penser, d’oublier sa famille, de tout oublier. En attente de son exécution, elle demeure ainsi cloitrée sans voir les jours défiler…
Geneviève de Gaulle est cependant une force de la nature et au sein de cette horreur, elle décide malgré tout qu’il ne faut pas se laisser abattre et croire encore à l’espérance. Il est vrai que, face à la mort, l’être humain se rattache à la moindre parcelle d’espoir mais Geneviève a une telle foi en l’humanité qu’elle parvient même à déceler des petits bonheurs au coeur de son cauchemar. Certes, elle porte le matricule 27372 mais cela ne fait pas d’elle un morceau de rien, un vulgaire « stück » comme disaient les SS. Refusant de s’apitoyer sur son triste sort, cette jeune fille de 24 ans relativise, guette une issue, se remémore des paysages lointains, dialogue avec les charançons de sa cellule et tente même d’organiser ses rations pour tenir le coup.
Par delà le froid, l’isolement et le scorbut qui la font souffrir, cette pieuse catholique garde sa foi en Dieu et se réconforte en constatant l’étonnante solidarité qui règne parmi ses compagnes d’infortune. Comme elle le dit si bien: « Le camp c’est un partage d’humiliation mais aussi de fraternité et de pain ». Cette remarquable réflexion pleine d’altruisme lui permettra de résister et d’avoir la chance de s’en sortir en vie.
La traversée de la nuit? Une pièce humble et intime, semblable à un prêche porteur d’espérance.

La traversée de la nuit
Texte de Geneviève de Gaulle (Publié aux Editions du Seuil)
Mise en scène de Benjamin Paro
Lumières d’Antoine Duris
Avec Esmeralda Kroy

Les Déchargeurs
3, rue des déchargeurs – Paris 1er
M° Châtelet

Du 12 janvier au 30 mai 2015
19h30 les lundis du 12 janvier au 4 mai
19h30 du mardi au samedi à partir du 12 mai
Réservations: 0892 68 3622 – 0142360050

En complément de ce spectacle, n’hésitez pas à vous procurer le documentaire réalisé en 2002 par le réalisateur Jacques Kebadian: « Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle Anthonioz ». Un an avant que Genevieve de Gaulle ne décède, Kébadian a eu le privilège de la filmer aux côtés d’une autres rescapée de Ravensbrück. Il en découle un très beau témoignage où l’on voit à quel point ces deux femmes ont su garder une force et une immense pudeur malgré leur difficile parcours. Complices, altruistes, pétries d’humanisme, ces militantes des droits de l’homme vont très prochainement faire leur entrée au sein du Panthéon.

Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle Anthonioz
Réalisation: Jacques Kébadian et Isabelle Anthonioz Gaggini (fille de Geneviève)
France 2001 – 52 minutes
collection Opus
Disponible à la cinémathèque française ou directement auprès de: jkebadian@orange.fr

A voir aussi ( ou pas…):

Les T.O.C en folie au Théâtre Le Brady

Une relecture de Marivaux par Shirley et Dino? ça badine avec l’humour!

Karim Duval : un voyage humoristique au coeur de la diversité culturelle

Le Revizor: une pièce à l’humour corrosif signée Nikolaï Gogol

Place Royale? Une pièce qui réhabilite l’extravagance de Corneille!

Oyez, oyez, ce bien réjouissant éloge du Paris médiéval !

Un mariage, des flingues et des poissons: une comédie déjantée qui vous convie tous à la noce!

Mozart l’Enchanteur: un allègre voyage musical dans les pas d’Amadeus

Klesudra: un conte poétique qui vous promène au fil de l’eau

Le Marchand de Venise : un bel hommage au Shylock de Shakespeare…

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à