Hervé Guibert : Etudes inachevées et esquisses synthétiques

par
Partagez l'article !

Par Laurence Biava – bscnews.fr/ On a souvent réduit l’œuvre d’Hervé Guibert à sa seule trilogie du sida dans laquelle le narrateur se fait l’observateur de lui-même et des conséquences sur son corps de la lente progression du virus. Si l’auteur de A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie est incontestablement un écrivain du « je », il faut remarquer que ce « je » se joue souvent de lui-même et de ses lecteurs, se dit et se dérobe, s’affirme et se cache, disparaît parfois aussi. Le genre littéraire est toujours chez lui l’objet d’un questionnement ou d’une remise en cause. Ici, Genon fait le point, sans pour autant tout citer. Les œuvres sélectionnées sur lesquelles s’appuient et se développent avec soin son analyse en disent déjà pourtant pas mal sur la trempe de l’écrivain et de son espace littéraire, mais ne devrait pas t-on dire, « espaces » au pluriel?

Partagez l'article !

Dans ce livre, Arnaud Genon étudie en quoi l’exploration des limites des genres établis et l’impertinence de Guibert à leur égard devient un moyen de déstabiliser la représentation classique du moi et d’interroger le sujet et son identité. On découvre et redécouvre l’œuvre d’Hervé Guibert à l’aune de ses romans, de son Journal, de ses auto-fictions. Au travers de tous les genres qu’il pratique autant qu’il …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à