fbpx

Des musiques mordantes pour Les Nuits de l’Alligator

par

Par Felicia Sideris – bscnews.fr/ Alors que les festivals de musique alignant les têtes d’affiches se succèdent dans la capitale, le festival les Nuits de l’Alligator place au centre de sa programmation un genre aux racines sud-américaines : le blues. Mais pas n’importe quel blues! En évitant de recycler un blues triste et poussiéreux qui recherche encore et toujours à exprimer la peine des gens de pauvres conditions, le festival ose une prise de risque qui en fait un incontournable dans l’univers musical. Il cherche en effet à faire revivre les sonorités du genre, à travers de nouvelles découvertes, atteignant ainsi un blues vivant, électrique, séduisant et jeune.

Du 17 février au 10 mars 2015, c’est un blues plus rebelle que jamais qui sera au coeur de ce rendez-vous. Comme la musique qu’il représente, l’événement est itinérant, libre, les artistes vont donc sillonner les routes de France et faire découvrir leurs mélodies indépendantes aux sonorités inédites.

Pour prouver que le blues a toujours du mordant …
Onze artistes se répartiront la lourde tâche de défendre leurs différences, de démontrer au public leur talent et la force de leurs sons. Alors que le rock’n’roll est né il y a 60 ans, Heavy Trash prouvera que ce n’est pas pour autant qu’il est has been. Avec Jon Spencer, incarnation du rock’n’roll depuis deux décennies, le duo de new-yorkais est sûr de donner un coup de jeune au genre afin de perpétuer la culture rockabilly. Les Hayseed Dixie, au nom qui joue avec la prononciation des fameux AC/DC, immortaliseront leur amour envers le hard aux rythmes du banjo, d’un violon et d’un pied au plancher. Tout droit venus de San Francisco, les Two Gallants sortent des sentiers battus et restent le plus loin possible des clichés californiens grâce à leurs ballades aux résonances blues, folk et punk métal psychédélique. Plus calmes, les Streets of Laredo, au nom qui fait référence à une chanson cowboy traditionnelle, viennent de Nouvelle-Zélande et se sont constitués autour de membres de la famille Gibson. Poussés par les rythmes des folksongs indépendantes avec une touche de modernité à base de guitares sèches, ils ont des refrains harmonieux auxquels ils rajoutent une touche de tendresse…à découvrir!
Côté fille, Jolie Holland viendra accompagnée de son groupe faire défiler lascivement, à travers ses cordes vocales, toute l’histoire de la musique américaine. Sarah McCoy, révélation de la 9° édition des Nuits de l’Alligator, et pianiste-chanteuse de la Nouvelle-Orléans, jouera et chantera fort au risque de déclencher des ouragans d’émotions parmi la foule.
Dans le genre « lonesome cowboy », on trouvera Bloodshot Bill, canadien de naissance, véritable homme-orchestre et rockeur solitaire qui passe sa vie en tournée. Mais également Hanni El Khatib qui troque le cheval pour une Rambler de 1964 et une guitare Silverstone de le même année jusqu’à aboutir à un rock branché années 60.
Les français vont aussi y mettre du leur avec Black Strobe, groupe qui remixe des artistes variés au profit d’un résultat au carrefour entre blues, country, rock et electro. La francophonie sera aussi exposée à travers le trio suisse Duck Duck Grey Duck et son blues-rock psychédélique, et Hell’s Kitchen aux sonorités venues des entrailles des enfers, tordues et bossues, comme les instruments ménagers qu’ils utilisent en guise de percussions.

Enfin, pour fêter la 10ème édition – et se rafraîchir la mémoire -, les organisateurs ont prévu un beau cadeau pour tous les festivaliers fidèles ou curieux : une compilation en vinyles des coups de coeur des précédentes éditions. En tout, douze chansons encore et toujours aussi mordantes, dans 500 exemplaires en tirages limités. Fidèles aux racines du blues, Les Nuits de l’Alligator accompagnent la renaissance du genre…en serez-vous?

Les Nuits de l’Alligator
Dixième édition
Du 17 février au 10 mars 2015
Prix : Paris 18/24€ — Province 10/20€
Annecy – Strasbourg – Nancy – Caen – Angers
Brest – Vannes – Clermont-Ferrand – Rouen
Paris – Mâcon – La Rochelle – Evreux – Amiens
http://www.nuitsdelalligator.com/

A lire aussi:

GéNériq Festival : quatre jours qui réchauffent l’Est de la France

Le 12° Festival des Arts Burlesques : il est l’heure de rire!

Combler l’impatience du Réveillon en passant de drôles de nuits à Arles!

En hiver, voyagez dans les paysages enneigés de Russie avec le festival Russenko !

Fontenay-sous-Bois : Aventurez-vous à la découverte de nouvelles sonorités !

Nîmes : le Festival du Flamenco, entre découvertes et hommages

Festival Tout’Ouïe : Marne-la-Vallée en musique !

Biennale Internationale des arts du cirque: Marseille sous les chapiteaux!

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à