fbpx
Andrea Motis & Joan Chamorro

Andréa Motis & Joan Chamorro : un duo jazz fait d’élégance et de simplicité

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / C’est une histoire bien singulière que celle de Joan Chamorro et d’Andrea Motis ( son blog ici ) qui forment aujourd’hui un duo musical aussi étonnant que plaisant. Comme le précise d’emblée, l’argumentaire, ils ont trente ans d’écarts et sont devenus en peu de temps les icônes de Barcelone avec leur « band ». Andrea au chant ( et à la trompette ) et Joan Chamarro à continuent à fédérer autour d’eux de très nombreux fans grâce à un jazz simple et élégant, porté par la candeur réjouissante d’Andrea Motis qui ne cesse de surprendre et d’impressionner.

propos recueillis par

Qu’est-ce qui a fait que vous avez fait de la musique si jeune ?
Mes parents ont toujours écouté du jazz . Ils désiraient que ma soeur et moi apprenions à jouer d’un instrument. Nous avons commencé toutes les deux à l’âge de 7 ans, ma soeur Carla à la guitare et moi à la trompette. J’ai également commencé à chanter dans un choeur d’enfants de mon quartier lorsque j’avais 3 ans.

Pouvez-vous nous parler de ce premier contact avec l’univers musical ?
Dès mes 7 ans, je m’intéressais déjà à la musique. J’aimais beaucoup aller à l’école autant qu’apprendre des chansons. J’avais un professeur, Toni Gallart qui me donnait cette envie de jouer et qui me poussait à travailler. Ce fut comme cela que j’ai pris gout à la musique, et plus tard au jazz avec Joan Chamorro.

Andrea et Joan, pouvez-vous nous parler de votre rencontre?
Joan Chamorro : La première rencontre fut quand Andrea avait 11 ans, lorsqu’elle a commencé en tant que trompettiste à faire partie du groupe de jazz que je dirigeais et qui allait devenir la Sant Andreu Jazz Band, big band d’enfants et d’adolescents de 8 à 20 ans et dans laquelle elle continue de jouer. Deux ans plus tard, j’ai commencé à compter sur elle pour mes projets professionnels et quand elle a eu 14 ans, nous avons enregistré le premier disque “Joan Chamorro présente Andrea Motis”.

Andrea, nous lisons dans votre biographie des influences prestigieuses comme Billie Holliday, Sarah Vaughan ou Nancy Wilson. Aujourd’hui, ces icônes ont-elles changé avec le temps où se sont-elles au contraire renforcées ?
Au fur et à mesure de mon apprentissage, je découvre de nouveaux musiciens, j’ai de nouvelles références et donc j’ai de nouvelles influences en plus de celles que j’avais auparavant. Cela me permet aujourd’hui de continuer ou changer ma manière de jouer, de chanter et de comprendre la musique.

Comment avez-vous vécu cette ambivalence étant si jeune entre la trompette et le chant ?
Premièrement j’ai appris à jouer de la trompette puis j’ai abordé le chant 6 ans après. Ensuite, j’ai utilisé ma voix comme un instrument . Je pense que le fait de jouer de la trompette m’a énormément aidé dans mon apprentissage du chant.

Aujourd’hui, comment le vivez-vous en tant qu’artiste ?
J’aime beaucoup voyager et connaitre des endroits différents, je m’entends à merveille avec Joan Chamorro et avec les musiciens du quintet et du Big Ban. Je suis heureuse d’avoir la chance et l’opportunité de faire ce que je fais et j’en profite en continuant à travailler et à apprendre. Je me sens libre de changer si un jour j’en ai envie et c’est important de pouvoir avoir cette sensation.

Pour cet album «Feeling Good», que représente-t-il dans votre carrière ? Est-il quelque part l’affirmation de votre talent personnel ainsi que la consécration de votre duo ?
Feeling good est notre deuxième disque et nous avons depuis enregistré 2 autres disques, “Live at Jamboree” ( avec le grand Scott Hamilton ) et “Motis-chamorro Bigband” et nous avons plusieurs projets d’enregistrement.… Nous avons commencé notre projet ensemble il y a maintenant 6 ans et chaque nouveau projet consolide et donne un sens et une continuité au précédent.

Comment s’est construit cet album avec Joan Chamorro notamment pour le choix des morceaux ?
JOAN : “Feeling Good” est un mélange de différentes sessions, certaines en studio et d’autres de concerts live. Les plupart des morceaux sont des propositions d’Andrea et les autres viennent de moi. Nous essayons tous les deux de trouver un équilibre dans notre répertoire.

Aujourd’hui, vous avez continué à évoluer. Le dernier album vient de paraître le mois dernier. Quel regard portez-vous sur votre carrière?
Je suis très contente de voir que tout va bien pour nous et j’espère pouvoir continuer à faire ce qui me plait. Ainsi que je l’ai fait jusqu’à maintenant tout en étant heureuse de faire la musique et continuer à vivre de la façon dont je l’entends

Où pourra-t-on vous voir sur scène dans les semaines à venir ?
Joan : Nous avons un agenda très chargé. La plupart des concerts avec le quintet sont à Andorre, Paris, au festival de Jazz de Barcelone et au Japon. À l’heure où nous vous parlons, nous attendons la confirmation de tournées en Europe, aux États Unis et en Amérique du Sud.

Feeling Good
Andréa Motis & Joan Chamorro
SocaDisc

Lire aussi :

José James : le pape de la musique totale et sans frontières

Awa Ly : une nouvelle vie de Jazz

Beat Funktion : la révélation Jazz née dans une discothèque suédoise

Gabriela Arnon : de New York à Paris entre jazz et folk

Nancy Goudinaki : de la Grèce à New York pour exprimer son talent

Cyrille Aimée : la frenchie qui cartonne aux USA

Natalia M.King : la Beat Generation, la route et la musique

Buika : la rage de chanter

David Krakauer : un Checkpoint entre Jazz et Klezmer

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à