fbpx

En hiver, voyagez dans les paysages enneigés de Russie avec le festival Russenko !

par

Par Felicia Sideris – bscnews.fr / Pour la sixième année consécutive, la ville de Kremlin-Bicêtre organise le festival des cultures russes. Avec plus de 7000 visiteurs venus de tous les horizons en 2014, il est devenu un rendez-vous immanquable pour tous les russophiles et curieux de l’univers soviétique. Son but est non seulement de faire découvrir le patrimoine d’un pays géographiquement proche, mais aussi de tisser des liens entre les citoyens, d’établir des passerelles entre les deux nations, grâce aux arts mais aussi grâce à des tables rondes autour de sujets géopolitiques et sociaux.

« La comédie et l’humour dans le cinéma soviétique et russe »
Laissant de côté le militantisme, les tragédies graves et l’esthétique sombre des oeuvres russes qu’on connaît si bien, le festival installe la comédie et l’humour au coeur d’une programmation de films. Composée de six oeuvres, elle permettra de rompre avec un cinéma du drame slave pour dévoiler au public la joie de vivre, les couleurs et les éclats de rire qui sont au centre des réalisations de certains artistes. Pour passer une journée joyeuse et comique :

Kirioki,

de Denis Chernov – 2011 : On y retrouve les kiriokis, personnages préférés des enfants russes. Ils ont choisi de quitter leur pays d’origine pour sauver la planète d’une menace imminente. A force de jouer les super-héros, ils se retrouvent dans une métropole où les aventures drôles et excitantes vont se succéder.

Les Joyeux Garçons

, Grigory Alexandrov – 1934 : C’est la première comédie musicale réalisée en URSS et qui reste encore aujourd’hui un film culte en Russie. Le protagoniste est Kostia, un jeune berger qui joue de la flûte de Pan. Un jour, sur une plage, la riche Elena le croise et le prend pour un célèbre musicien de jazz italien dont on avait annoncé l’arrivée. Elle invite donc Kostia à donner un concert chez elle, dans une soirée mondaine. Lors du concert, il jouera de la flûte si fort que, au plus grand désarroi des invités, le salon sera envahi par tous les animaux des alentours. Il est alors chassé des lieux et, dépité, il va décider de partir pour Moscou afin de devenir un vrai musicien. Entre mésaventures invraisemblables et hasard extravagant, le jeune homme va créer un orchestre de jazz et trouver la gloire et l’amour.

Les Gentilshommes de la chance

, Alexander Servy – 1971 : Trochkine est le directeur d’un jardin d’enfants qui se trouve entraîné dans une chasse au trésor mouvementée à cause de son extraordinaire ressemblance avec le voleur d’un casque d’Alexandre le Grand.

Deux jours

, Avdotya Smirnova – 2011 : Drozdov, un haut fonctionnaire de Moscou, a pour ordre de décider du sort d’un petit musée d’une ville de province. Ce dernier est animé par des passionnés de littératures dont Macha, jeune spécialiste de littérature et vice-directrice du musée. Les deux personnages vont très vite éprouver une irrésistible attirance l’un pour l’autre et vivre deux jours de passion qui bouleversera leurs vies et leurs idéaux.

Le grand blond dans le grand froid russe

, Tania Rakhamanova – 2012 : Pierre Richard contemple l’agitation des passants qui font leurs courses de Noël dans des rues où les affiches publicitaires ont remplacé les choeurs de Noël. Assis dans son appartement parisien, il découvre une lettre qui l’invite à rencontrer le Père Noël russe. Il va alors embarquer dans un périple inoubliable, à travers paysages enneigés et féeriques, il rencontrera les populations, leurs contes et légendes et revisitera l’histoire de la Russie.

Les Zazous

, Valery Todorovsky – 2008 : Comédie musicale dont l’histoire a lieu en 1955, deux ans après la mort de Staline. Dans cette société policière de l’après-guerre, à une époque où l’ordre et l’attachement à sa patrie sont de rigueur, les jeunes se battent pour exprimer leurs différences : leurs gouts musicaux, leurs styles vestimentaires et leur amour pour l’Amérique. Le jeune Mels va sortir du chemin de droit camarade de la patrie, par amour pour la belle anti-conformiste Polly, et deviendra ainsi un musicien de jazz écumant les soirées illicites. C’est un récit sur la fougue de la jeunesse et un hymne à l’anticonformisme et la contre-culture.

Russenko pense aussi aux petits
Une programmation en deux parties sera installée à la Médiathèque de l’Echo pour faire découvrir aux plus petits la Russie à travers son cinéma d’animation.
La première partie sera une rétrospective des productions des désormais célèbres studios d’animation Soyuzmultfilm. Créés en 1936, les studios concentrent tous les meilleurs artistes de l’animation soviétique, et sera le lieu de naissance du cinéma d’animation russe et de ses évolutions. En près de 80 ans, il a crée plus de 1500 films qui, au début, empruntaient leur style à celui de Walt Disney, pour se démarquer petit à petit. En 1960, ils ont un style propre et original, avec quelques oeuvres satiriques pour adultes et plusieurs personnages déjà cultes et c’est dans le tournant des années 70 qu’il devient le plus grand studio d’animation d’Europe.
La deuxième partie de la programmation portera sur les films post-Soyuzmultfilm, produits par le studio Pilot. Fondé en 1988, il est un studio indépendant russe et devient ainsi un des leaders de la production cinématographique russe d’animation. Aujourd’hui, il a plus d’une cinquantaine de prix internationaux à son palmarès.
Enfin, trois ateliers de créations réveleront aux petits et grands l’univers des oeuvres d’animation: L’atelier « A la découverte de la technique du stop motion » montrera aux enfants la technique de l’animation en stop motion faite à base de pâte à modeler grâce aux spécialiste du genre, Sergey Merinov; l’atelier « Les marionnettes et les films d’animation » dans lequel Elena Chernova expliquera les différentes étapes de la création d’un conte en stop motion dont les protagonistes sont des marionnettes; et enfin, les deux invités se réuniront pour animé l’atelier « Film d’animation ».

Illustration de la Russie en photos
Evidemment, la culture soviétique ne se résume pas à son cinéma et ce sont donc tous les arts qui s’invitent à Kremlin-Bicêtre pour donner aux festivaliers un panoramique complet du monde slave. Tout d’abord deux expositions photographiques sont prévues par le Musée d’Art Multimédia de Moscou et la galerie Polka. Cette dernière a choisi trois photographes qui portent un regard singulier sur la Russie. Les artistes révèlent les habitudes des habitants dans leur intimité ou partent à la recherche de lieux abandonnés dans des régions aux difficultés économiques, ou encore traitent les revers du développement industriel durant le communisme. Le Musée d’Art Multimédia de Moscou, lui, présentera les oeuvres tirées de l’exposition Le Dégel qui, comme son nom l’indique, illustre l’atmosphère du pays durant les années de « dégel » de l’après Guerre Froide.

Les arts de la jeunesse slave
Pour comprendre une société et imaginer son évolution, il n’y a rien de mieux que de tourner le regard vers sa jeunesse. La musique s’invitera donc durant ce week end avec deux artistes du festival de musiques actuelles Afisha Picnic. Il présentera deux jeunes talents de la nouvelle scène moscovite : le groupe Manicure et Anton Maskeliade, qui allie performance musicale et performance visuelle dans des concerts inédits. Le travail du jeune Radya sera également présenté pour faire voyager le public dans les rues de Russie. Artiste street art, ses oeuvres parlent autant de son monde intime que du monde extérieur, celui des idées politiques.

Mais encore ?
Des journées organisées pour revenir sur l’actualité littéraire russophone et russophile. La thématique centrale sera la langue sous toutes ses formes, en écho au travail de Dimitri Bortnikov, un des plus grands écrivains soviétiques contemporains. Si ce festival ne vous tente toujours pas, peut-être les plus gourmands seront attirés par les dégustations prévues dans l’espace gastronomique « Les Nouveaux Fermiers ». Organisé par le collectif Lavka Lavka, militant pour une alimentation saine, responsable et respectueuse de l’environnement, il sera le lieu d’un atelier de fabrications de produits fermiers pour les festivaliers afin de valoriser le patrimoine agricole russe et de goûter aux merveilles culinaires que celui-ci peut produire.

Un festival pour russophiles et grands curieux !

Festival des cultures russes et russophiles – RussenKo
Du 30 janvier au 01 février 2015
Ville du Kremlin-Bicêtre – Val-de-Marne
Pass Un Jour 5€ – Pass Deux Jours 8€
http://www.russenko.fr

A lire aussi:

Fontenay-sous-Bois : Aventurez-vous à la découverte de nouvelles sonorités !

Nîmes : le Festival du Flamenco, entre découvertes et hommages

Festival Tout’Ouïe : Marne-la-Vallée en musique !

Biennale Internationale des arts du cirque: Marseille sous les chapiteaux!

Le Havre : Le goût des autres vous présente le rire sous toutes ses formes !

Festival International du Court Métrage : petits films sur grand écran

Livres : au coeur des salons littéraires

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à