fbpx

Jozef : l’arrivée de la chanson à textes

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Jozef n’a pas encore atteint la trentaine et il a déjà mis la main sur une belle maturité musicale dans ce qu’il aime faire : la chanson à textes. Il a commencé comme beaucoup de jeunes à cet âge, dans un groupe avec des amis. Puis Jozef s’est senti de créer à son image, à malaxer son talent pour l’affiner et se confronter à lui-même.

Voilà une arrivée faite avec enthousiasme, ferveur et assurance. Un jeune artiste du Sud de la France à découvrir.

Tout d’abord, à quoi doit-on votre nom de scène ?
Il s’agit tout simplement de mon prénom, j’ai juste changé un petit peu l’orthographe de façon à faire quelque chose de plus original que l’orthographe bien trop « biblique » à mon goût !

Un petit mot sur le titre de votre disque  » L’arrivée » , quelle est sa genèse ?
Sa genèse? (on reste dans le biblique j’ai l’impression), c’est un titre que j’ai écrit en partant d’un constat assez simple, le mal-être que peuvent rencontrer les jeunes de ma génération ( 25-30 ans), ce « flou » dans lequel nous naviguons, on nous parle de crise depuis notre adolescence, de chômage, de retraite que nous n’aurons pas … L’idée d’une arrivée, d’un aboutissement que l’on cherche à atteindre malgré tout !

Vous étiez avant en formation, aujourd’hui vous menez une carrière solo. Quand et pourquoi avez-vous ressenti le besoin de composer seul ?
En fait, j’ai toujours ma formation « PASS », avec laquelle je joue depuis plus de 12 ans, cette formation est plus récréative que professionnelle, cinq amis d’enfance qui font de la musique ensemble…j’ai eu envie de faire quelque chose de plus « concret » et personnel, raconter mes histoires… La trentaine arrivant à grands pas je me suis dit que c’était le moment, j’ai tout appris avec mes potes de PASS, je leurs doit beaucoup et c’est grâce à eux que je suis capable de composer seul ma musique..

Est-ce l’affirmation d’une maturité musicale ?
C’est en quelque sorte une maturité, je pense, l’envie aussi de me prouver à moi même que je suis capable de « voguer » tout seul ..

Vous semblez être très attaché au texte. D’où vous vient cette passion ?
J’ai beaucoup écouté et j’écoute toujours des artistes comme Jacques Brel ou Georges Brassens qui étaient très attachés au texte et à son sens. J’aime écouter des « histoires », j’aime aussi les raconter, je privilégie les images aux rimes. La langue française est riche, c’est dommage de ne pas profiter de cette richesse, du moins, c’est mon avis.

Comment votre accident a-t-il transformé votre identité musicale et peut-être votre carrière ?
Je ne pense pas que mon accident a transformé mon identité musicale, je dirai plutôt qu’il l’a renforcé !
J’ai toujours eu envie de chanter mes titres en solo, mais j’ai longtemps hésité ! Ma vue amoindrie, mes oreilles ont pris « le relais »…

Vous considérez-vous comme un chanteur à texte ?
C’est difficile… Je n’ai pas encore assez d’expérience en solo pour me définir comme chanteur à texte. Je suis chanteur et un tout petit auteur pour le moment…

Préparez-vous un nouveau disque ? Si oui, dans quelle direction travaillez-vous ?
Oui, je suis en train d’écrire et composer mon premier album qui sortira, si tout va bien en juin 2015. La direction est quasi la même que pour mon EP, des chansons « simples » à écouter, des histoires vécues ou fictives raconter sans trop de « superflus »…. de la guitare, mais aussi beaucoup de piano et du synthé…

Où pourra-t-on vous voir en concert dans les semaines à venir ?
J’ai fait un peu plus de 50 dates cet été, pour le moment je me concentre sur l’écriture… Le booking a commencé, mais les prochaines dates ne sont pas avant février 2015 !

L’arrivée de Jozef
Pass Prog
www.jozef-officiel.com

( crédit photo – Jean-Michel André)

Lire aussi :

Sylvain Rolland : le grand Ordonnateur musical du Cirque Alexis Grüss

André Robert :  » Back to Jazz  » au Petit Journal Montparnasse

Nina Attal : « Wha est une autre façon de façon de faire découvrir ces musiques afro-américaines »

Jasz : le talent à la lumière des néons du métro parisien

Robin McKelle : le retour au berceau originel de la Soul

Norig : la fille tzigane

Nourith : « Here i Am » à la force des bras

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à