fbpx

Les Méfaits du tabac ? Une variation musicale autour de Tchekhov

par

Par Florence Yérémian – bscnews.fr / Les Méfaits du Tabac est une très courte pièce d’Anton Tchekhov qui se joue habituellement en lever de rideau. Construite sur un seul acte, elle décrit avec beaucoup de grâce la tristesse d’un homme qui n’a pas vu sa vie passer. Père de sept filles, Ivan Ivanovich Nioukhine a en effet épousé une véritable mégère qui lui gangrène l’existence depuis plus de trente trois ans: non seulement elle se sert de lui pour toutes les taches domestiques de son école de musique mais en plus, elle le dénigre continuellement.

Soumis et résigné, Nioukhine est devenu son homme à tout faire: à la fois professeur de danse, livreur de farine ou chasseur de punaises, il a fini par se confondre avec les meubles du pensionnat au point que sa silhouette n’apparait même plus dans le paysage. Voilà certainement pourquoi ce triste Sire profite d’une conférence que sa femme lui a ordonnée de tenir à propos des méfaits du tabac, pour transformer son discours en un émouvant plaidoyer sur l’absurdité de sa vie.
C’est au merveilleux Michel Robin que revient l’honneur d’interpréter le vieux Nioukhine, ce qu’il fait à ravir. Courbé sous le poids des rhumatismes et des incessantes critiques de sa terrible gorgone, il traine la jambe et évolue sur scène au rythme lent d’un métronome. A tout petits pas, il passe, repasse et s’arrête les yeux dans le vide pour croquer une carotte ou déverser amèrement ses multiples regrets. Bien que son corps soit massif et ses mains immenses, Michel Robin confère au malheureux Nioukhine une image douce et poétique. Derriere son allure un peu gauche et son évidente couardise, il laisse transparaitre un discours teinté d’humour qu’il tourne parfois à l’autodérision. S’apitoyant sur son pauvre sort, il nous fait songer à un épouvantail usé dont les illusions se seraient envolées au fil du temps.
Afin de mettre en scène ce vieux bougon attendrissant, Denis Podalydès l’a entouré d’un brillant trio de musiciennes censées représenter les filles de Nioukhine. La pièce se construit donc au rythme d’une sonate de Bach ou d’une romance de Tchaïkovski (magnifiquement chantée en russe par la soprano Muriel Ferraro) qui confèrent au monologue de Tchekhov une dimension musicale assez inattendue. Dans ce décor parsemé de vieux pupitres et d’étuis à violons, ces jeunes demoiselles vêtues de costumes du XIXe siècle (signés Christian Lacroix) nous font inconsciemment penser aux trois soeurs de Tchekhov. Par le biais de leur voix ou de leur archer, elles dialoguent avec Nioukhine, lui répondent en chantant et prolongent harmonieusement ses songes nostalgiques. Malgré leur talent, ces trois muses finissent cependant par happer tout le texte au point que le spectateur se demande s’il est venu voir une pièce ou assister à un récital. Afin de ne pas rester sur votre « faim théâtrale », nous vous conseillons donc d’allez voir cet émouvant monologue comme si vous vous rendiez à un concert.

Les méfaits du tabac
D’Anton Tchekhov
Concert en un acte
Mise en scène: Denis Podalydès
Conception du spectacle: Floriane Bonanni
Avec Michel Robin accompagné à la musique de Floriane Bonanni (violon), Muriel Ferraro (soprano) et Emmanuelle Swiercz (piano)
Durée du spectacle: 1h

– Les 16 et 18 novembre 2014 au TOP – Théâtre de l’Ouest Parisien ( 1 place Bernard Palissy – 92100 Boulogne Billancourt) Métro: Boulogne Pont de Saint Cloud
www.top-bb.fr Réservations: 0146036044 ( Le TOP (Théâtre de l’Ouest Parisien) est un magnifique théâtre de style Renaissance situé à 10 minutes de la Tour Eiffel. Son directeur, Olivier Meyer, y offre une programmation riche et judicieuse (plus de 32 spectacles pour la saison 2014/15!) que l’on vous incite vivement à découvrir! )

– Du 7 au 9 janvier 2015 à Théâtre de La Renaissance ( 7,rue Orsel – 69600 Oullins)

A voir aussi ( ou pas….) :

Les Nègres de Robert Wilson? Une superbe chorégraphie à la trame incompréhensible

Cendrillon de Joël Pommerat : la réécriture sensible et drôle du conte à la pantoufle de vair

Gólgota Picnic : le théâtre de Rodrigo Garcia, une  » nouvelle expression de vivre »?

Le pouvoir des folies théâtrales ?  » C’était du théâtre comme c’était à espérer et à prévoir »

Le moral des ménages : chroniques d’une haine ordinaire

L’annonce faite à Marie : « Maintenant que je m’en vais, faîtes comme si j’étais là. »

Venez vous égarer dans la folie moite du Chaco

Un homme qui dort : la mise en scène narcotique de Bruno Geslin

Citizen Jobs? De la pomme de Steve Jobs à celle de Blanche Neige…

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à