fbpx

« Art Bio » et le recyclage des déchets ménagers par l’émotion artistique

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Agnès Allart est la fondatrice et la présidente de l’association Art Bio. Les 9,10 et 11 novembre 2014 aura lieu à Pézenas la 9ème Rencontre Art Bio lors de laquelle seront exposées des oeuvres d’art et d’artisanat sur le thème du recyclage mais se dérouleront également des conférences, des projections de films et des performances poétiques. L’occasion de réfléchir sur nos pratiques écologiques dans un cadre convivial et d’appréhender le « déchet » autrement ! Une démarche louable et pertinente à découvrir !

Si vous commenciez d’abord par nous expliquer la genèse et la composition de l’association Art Bio?
Art Bio est née en 2003 de la volonté de promouvoir le recyclage des déchets ménagers par l’émotion artistique. Nos premières actions ont consisté à exposer des lombricomposteurs auto-construits décorés par nos adhérents artistes et amateurs. Le lombricompostage des déchets organiques reste d’ailleurs aujourd’hui un thème central, même si nos actions intègrent dorénavant la permaculture et l’amélioration de l’environnement. Nos adhérents, sensibilisés à la protection de l’environnement, ne sont pas seulement artistes ou amateurs d’art piscénois ! Certains adhérents habitent en Allemagne, Grande-Bretagne ou à Paris…

Quel est l’objectif principal des rencontres Art Bio? Sensibiliser le public à des gestes écologiques simples?
Les gestes simples sont largement communiqués, même s’il reste parfois difficile de trouver les bonnes réponses aux questions du tri et de la valorisation. Notre objectif principal est de montrer la richesse et la beauté de ce qui est souvent à tort considéré comme « déchet ». Les expositions, ateliers créatifs et performances poétiques génèrent respect pour la nature et ses ressources naturelles, et peuvent mener à des changements de comportements à des niveaux plus subtils.

Les 9,10 et 11 novembre 2014 aura lieu la 9ème rencontre Art Bio à Pézenas. L’occasion de découvrir, notamment, le lombricompostage et la permaculture? En quelques mots, pouvez-vous nous éclairer sur ces deux pratiques?
le lombricompostage est l’un des nombreux outils de cette méthode née dans les années 60, appelée Permaculture (de l’Anglais « Permanent Agriculture »). Transformer un « problème » en « opportunité », c’est un des principes de la permaculture. Avec le lombricompostage, par exemple, une ressource problématique et potentiellement polluante, les déchets organiques, devient une richesse, source de production vivrière locale pour une famille ou un groupe de personnes. Ce sont les vers de compost qui mangent les déchets et les transforment en amendement pour le sol appelé lombricompost. C’est une méthode relativement similaire au compostage, qui permet par contre de valoriser ses déchets organiques en appartement et sans odeur ! Prendre soin de la nature, prendre soin de l’Homme et partager équitablement sont les éthiques de base de la permaculture, qui se situe à mi-chemin entre l’architecture paysagère et l’agriculture, pour une meilleure gestion des ressources naturelles, énergétiques et sociales. Travailler avec la nature, et non pas contre elle, constitue un principe de base. Pour en savoir plus, il faudra venir nous rencontrer !

Il y aura aussi des expositions d’oeuvres et d’artisanat ainsi que des performances poétiques….afin d’allier le pédagogique à l’agréable?
Tout à fait ! Autour de la rencontre de l’art et de l’environnement, de nombreuses autres rencontres deviennent possibles, les échanges et les liens se créent entre les visiteurs et avec les membres de notre association. Une dizaine d’artistes membres ou non de notre association présentent leurs créations réalisées à partir de matériaux récupérés. Nos rencontres visent à rassembler tous les arts et techniques (sculptures, peintures, photographies, danse, théâtre, cinéma, etc.) notamment via des ateliers créatifs. Les matériaux de récupération permettent d’amuser petits et grands tout en leur permettant la découverte de techniques, de matières et de supports originaux. Les performances poétiques quant à elles alimentent l’imaginaire et rassemblent les visiteurs dans les émotions partagées.

Enfin, y sont programmés deux films de C.Couraud. Quels en sont les thèmes?
« Déchets à ménager » (52′) présente des pistes de réflexion à la question cruciale de nos déchets ménagers : Comment en produire moins ? Réalisé par Cécile Couraud en 2007, ce documentaire représente l’avant-garde, notamment en matière de lombricompostage, comme alternative notamment urbaine à l’incinération des déchets. La question de l’eau est cruciale elle aussi. C’est le thème central de « Ô Racines ! » (2011 – 55′), le film le plus récent de Cécile Couraud, dans lequel elle présente une nouvelle approche du documentaire, résolument poétique et toujours engagée . Tourné au Maroc, le film explique les conséquences de la construction du barrage du Drâa en 1972, notamment pour le peuple nomade du Sahara. Les oasis des « resorts », où les racines des palmiers sont profondes et fréquemment arrosées, font face à la désertification et à la mort d’une région toute entière et des peuples qui y habitaient et qui pour beaucoup ont dû s’exiler.

9ème Rencontre Art Bio

Les 9,10 et 11 novembre 2014 – Hôtel Flottes de Sébasan, Place Gambetta, Pézenas( 34)

Entrée libre

Dimanche 9 : de 10h30 à 18h

Mardi 11 et mercredi 12: de 15h à 18h

A lire aussi:

Mathias Beyler met en scène « La peur » de Gabriel Chevallier

36ème édition du CINEMED: on garde le cap !

Montpellier : l’agglo fait son cinéma buissonnier

Festival Radio France 2014: le festival aux milliers d’auditeurs

Tout communique : l’invitation à la tolérance et à l’ouverture de Béla Czuppon et sa troupe joyeuse

Jimmy Scott : la légende ressuscitée entre jazz et théâtre

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à