fbpx

La légende de Manolo : un conte folklorique sur les airs de Placido Domingo

par

Par Candice Nicolas – bscnews.fr/ Dans le village de San Angel au Mexique, Manolo et Joaquin ont grandi dans la tradition de leur imposante famille de toreros intrépides et de célèbres guerriers. Les meilleurs amis partagent cette pression paternelle ainsi qu’un amour inconditionnel pour la jolie Maria. Qui des deux remportera le cœur de la belle ? L’issue de ce duel amoureux va devenir l’objet d’un dramatique pari entre la somptueuse Muerte, qui règne sur le féérique monde des Âmes chéries et le terrible Xibalba, souverain du triste désert des Oubliés.

Devenus adultes, Joaquin et Manolo vont devoir affronter leur destin, choisir entre faire ce que l’on attend d’eux et ce qui les inspire, montrer le meilleur d’eux-mêmes et chasser leurs démons. Alors que la fête des morts bat son plein, les mondes s’entremêlent, les morts ressurgissent et la peur du féroce Chakal fait trembler le village. Ce conte folklorique va conduire petits et grands d’aventures en aventures, et ce tout en musique – Placido Domingo, quand même !
Juste avant Halloween, ce film d’animation – qui tenait à cœur à son producteur Guillermo del Toro depuis des années – vous plonge dans l’univers merveilleux de la traditionnelle fête des morts mexicaine. Des personnages en bois aux costumes versicolores, une bonne humeur contagieuse, de la musique pop revisitée et des traits d’humour à tout-va : entre corridas et mariachi, le film met à l’honneur la culture mexicaine, ses coutumes, ses croyances, son peuple. On ne peut que recommander ce petit bijou de couleurs et de fééries qui vous transporte pendant une heure et demie loin de notre maussade automne.

La Légende de Manolo (Jorge R. Gutierrez)

Film d’animation ( 1h35 min)

Sortie en salle : 22 octobre 2014

En 3 D.

> Le site officiel du film

A voir aussi:

Saint-Laurent de Bertrand Bonello : un biopic peu convaincant

Des chevaux et des hommes: un très beau film baroque venu d’Islande

Fastlife : Peut-on briller éternellement?

Dragons 2 : une suite de haute volée

The Face of Love : une passion peu crédible mais un style artsie vivifiant

La crise de la quarantaine décortiquée à la mode ibérique

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à