fbpx
Summer of blood

Onur Tukel : « Summer of Blood », un film de vampires déjanté

Par Candice Nicolas – bscnews.fr/ Pour sa troisième édition, le Festival de cinéma Franco-Américain – le Champs-Elysées Film Festival – a ouvert les portes de sept salles des Champs-Elysées : Le Balzac, Gaumont Ambassade, Gaumont Marignan, Le Lincoln, MK2 Grand Palais, Publicis cinéma et UGC George V, du 11 au 17 juin 2014.

propos recueillis par

En coulisses, le BSC NEWS a eu le plaisir de retrouver le réalisateur New Yorkais, Onur Tukel, venu présenter son film totalement déjanté. Tukel a réalisé « Summer of Blood », déjà présenté au célèbre Festival de New York, Tribeca, en avril. Il s’agit d’un film de vampires, dans le genre pas cher et personnel, une sorte d’autobiographie tendance mumblecore. Eric Sparrow (Onur Tukel), hipster égocentrique, a la quarantaine, un boulot qu’il déteste et une facilité à énerver tous ceux qui le croisent. Pourtant, très heureux en amour, il partage la vie de Jodi (Anna Margaret Hollyman), avocate à succès, qui le demande en mariage. Et là, tout bascule ! Absolument pas prêt au grand saut, Éric refuse la proposition et va devoir gérer sa vanité, sa frustration et sa solitude. Un soir où il erre dans les ruelles de Brooklyn, il rencontre un homme qui va changer sa vie, ou plutôt, un vampire… Le film écrit et réalisé par Tukel est une comédie qu’il faut regarder comme telle. On y retrouve un quadra incapable de faire face à ses responsabilités, aussi bien personnelles que professionnelles, nous rappelant tantôt Woody Allen et ses déboires, tantôt un adolescent attardé qui mériterait qu’on lui secoue les puces. L’arrivée des vampires permet paradoxalement au protagoniste de libérer ses démons, et d’assouvir fantasmes sexuels et appétits féroces. On appréciera la clique des acteurs qui semblent très liés à leur rôle et à leur réalisateur, entre improvisation et bonne humeur, mais aussi le décor des rues désertes de Brooklyn, qui de sa désolation urbaine reflète le mal-être de toute une génération.

ENTRETIEN AVEC ONUR TUKEL

Onur, pour le public parisien qui ne vous connaît pas encore, nous parleriez-vous de vos longs-métrages qui précèdent « Summer of Blood » ?
« Summer of Blood » est mon sixième long-métrage. Le premier, « House of Pancakes » (1997) a été tourné en noir et blanc, complètement dans la veine de « Strangers in Paradise » la série de comics. « Drawing Blood » (1999) était déjà un film de vampires alors que « Ding-a-ling-Less » (2001) plutôt une comédie. En 2005, « The Pigs » est mon premier film tourné en numérique, et est en fait une vraie nullité. Après cela, j’ai totalement perdu confiance en moi, j’ai mis du temps à me décider à tourner un autre film. « Richard’s Wedding » (2012) est lui une comédie new-yorkaise qui a eu plus de succès !

Parlez-nous du tournage de « Summer of Blood ».
Ce fut très rapide ! Neuf jours, deux caméras numériques et un scénario laissé plutôt ouvert à l’improvisation de mes acteurs. Je voulais quelque chose de spontané et d’authentique. Je ne filme pas mais je me suis occupé du montage, cela m’a pris quatre mois.

Où avez-vous tourné ?
À Bushwick, le quartier de Brooklyn où je vis.

Il y a l’air d’avoir une bonne ambiance entre les comédiens, comment s’est déroulé votre casting ?
En fait il n’y a pas eu de casting traditionnel, je connaissais déjà quelques personnes avec qui j’avais envie de travailler, et sinon j’avais des contacts dans le monde du film indépendant, New York n’est pas si grand en fait. On est une petite communauté et on se retrouve aux projections, aux festivals. On avait une toute petite équipe, de sept/huit personnes. Drew Tobia qui présente ici son « See you Next Tuesday » fait une apparition éclair alors que sa productrice est une de mes actrices ! Et puis il y a mon ami, Alex Karpovsky, qui joue un petit rôle. J’avais joué avec lui dans son film « Red Flag », j’apprécie son travail et il apprécie le mien, c’est génial !

Et pour tourner dans New York quand on est un réalisateur indépendant, ça se passe comment ?
C’est plutôt difficile, comme à Paris j’imagine, mais c’est faisable pour les petites équipes, ce qui était notre cas. Au milieu du film, mon personnage va sept fois au restaurant. On s’est vite rendu compte qu’il était impossible de monopoliser sept restaurants différents, alors on a choisi de faire d’Eric un personnage sans imagination qui conduit toutes les filles qu’il rencontre dans le même restaurant. On a ainsi grandement facilité notre organisation au tournage !

Et pourquoi des vampires ?
Je voulais faire un film sur les démons internes, une sorte de métaphore comme l’alcool. Quand on boit à outrance, on est désinhibé, on vit ses fantasmes, et on ne se rappelle plus de rien le lendemain… J’avais aussi pensé au loup-garou, mais pour des raisons purement budgétaires, le vampire était plus pratique !

Quel est le sujet de votre film en quelques lignes ?
Eh bien la peur de grandir, évidemment ! De devoir assumer des responsabilités indésirables, de s’engager, presque pour l’éternité dans un mariage, de faire un pacte inacceptable de monogamie ! Je parle de ce pacte éternel, la mort de l’individualité dans le mariage !
Vraiment ? Il y a une grande résonnance autobiographique ici ou est-ce alors un thème choisi au hasard (rires) ?
Non bien sûr, cela parle de moi, de ma peur personnelle de l’engagement. J’ai toujours trouvé que d’être fidèle à la même personne toute sa vie n’était en rien naturel. Non pas que je souhaite être infidèle à tout prix, mais l’interdiction en elle-même me fruste. Aujourd’hui, j’ai 42 ans, j’arrive à me faire à cette idée (rires)

Parlez-nous de Tribeca, comment a été reçue la Première ?
En fait, il y avait déjà eu une projection de notre premier montage au Festival de Films Américains à Wrocław en Pologne. Quant à Tribeca, il y a eu de très bonnes critiques, mais aussi de mauvaises ! C’est un film d’horreur bon marché, un genre à part du film d’horreur même. Certains apprécient, d’autres pas du tout !!! Apparemment le film a été un grand succès chez les femmes de 22-27 ans, ce qui m’a un peu étonné, mais ravi aussi !

C’est un bon début pour promouvoir un film, non ?
Oui tout à fait, la promotion d’un film coûte une fortune, et je pense que Tribeca suffira à faire parler de notre travail. « Summer » est d’ailleurs déjà vendu et sera en salles à New York en septembre.

Vous le présenterez à d’autres festivals prochainement ?
Oui, nous serons à Montréal en août pour le Festival Fantasia, j’ai hâte !

Et quels sont vos projets à venir ? Vous pouvez en parler ou c’est top secret ?
Je ne veux pas trop développer, mais oui, une suite à « Summer » pour sûr. Il nous faudrait un « Automn » et un « Winter », mais je ne peux rien vous dire de plus ! Ah si, que j’aimerais bien tourner à Paris.

Pour un projet spécifique ou de manière générale ?
Les deux en fait ! J’adore Paris, c’est un rêve d’y tourner un film. Cette ville est éternelle, incroyable. À Montmartre, et quelque part en Turquie aussi, j’aimerais bien filmer ailleurs qu’aux États-Unis.

Alors on va se revoir bientôt ?
Avec plaisir !

A lire aussi:

Le cinéma brésilien : hommage à Carlos Diegues

Joseph Gordon Levitt :  » J’ai toujours été fasciné par la façon dont les individus communiquent entre eux « 

Catherine Deneuve :  » Je vois un film comme une collaboration »

Gloria : une tragicomédie poignante de Sébastiàn Lélio

Emmanuelle Bercot : « Elle s’en va » comme un hymne à la féminité

Richard Linklater :  » Toutes ces nouvelles expériences valaient la peine d’être explorées »

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à