fbpx

Catherine Locandro : « tout souvenir est un mensonge »

par

Par Félix Brun – bscnews.fr/ Vingt ans de questions sans réponse, vingt ans de mystère….et un matin dans le bistrot où il prend régulièrement son café et lit La Républica, Luca, ce professeur de philosophie tranquille et transparent, découvre dans son quotidien l’histoire de son amour secret avec une célèbre chanteuse disparue.

« Le ciel est gris sur Rome, et cette couleur qui n’en est pas une semble s’être répandue autour de lui. » L’article de presse est le fait du frère de la chanteuse, qui dévoile en outre la correspondance de sa sœur et de Luca. « On s’habitue au secret, on en vient à se confondre avec lui, à devenir un étranger pour tous, même pour soi. » Il découvre que la chanteuse, avant de disparaître, attendait un enfant : « Le souvenir de l’enfant perdu, le sien et celui de Luca ne l’a jamais abandonnée. » Luca, « Il a abandonné. Il est devenu silencieux et transparent, agissant par automatisme plutôt que par envie, se demandant s’il pourra à nouveau un jour avoir une emprise sur son existence. » La relation fusionnelle avec sa mère et son jeune frère va l’aider à se guérir, se délivrer, de cette « Histoire d’un amour » : « Les mots lui sont venus facilement, ils étaient là depuis si longtemps, enfermés, en attente. »
Un beau roman plein d’émotions, où la cellule familiale comble le vide qui attire les personnages torturés, perturbés par leur passion et leur secret…une allusion à la vie et au destin tragique de cette chanteuse à l’accent italien qui nous a quitté prématurément ? Catherine Locandro sert le lecteur d’une écriture sensible et délicate, directe et sans artifices, jouant avec maîtrise de l’analepse, et semant quelques petits coups de griffes à propos.

L’Histoire d’un amour
Auteur : Catherine Locandro
Editions : Héloïse d’Ormesson

Parution: 20/08/14

A lire aussi:

La fin du monde approche : Harry saura-t-il l’empêcher?

Paul Lynch : un nouveau souffle littéraire américain

Edward St Aubyn : un des géants de la fiction anglaise contemporaine

La lettre à Helga : un grand petit livre islandais

Mémoire Fauve : « Un monde d’ « Echecs » dont les fous constituent les pièces majeures »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à