fbpx

Moby Dick :  » Marins, mettez le nez à l ‘air! Ne sentez-vous rien? »

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Moby Dick ou  » The Whale » est paru en 1851 ; le titre de l’œuvre est le surnom d’un grand cachalot qui est au centre de l’histoire. Herman Helville, son auteur, était lui aussi marin et s’est inspiré de faits réels: on donnait en effet à l’époque des surnoms aux baleines qui étaient poursuivies, le baleinier Essex a bien sombré en 1820 après avoir affronté un grand cachalot au large des côtés de l’Amérique du Sud et l’un des survivants en écrivit l’histoire et enfin, dans les années 1830, on racontait l’existence d’une baleine blanche, criblée de harpons, qui attaquait les navires.

Ce roman narre l’histoire d’Ismaël qui, ayant soif d’aventure et de large, décide d’embarquer sur un baleinier. Le capitaine du Pequod, Achab, révèle cependant très vite n’être pas sur les mers pour tuer des baleines et en récupérer l’huile pour la vendre à bon prix mais pour régler ses comptes avec un cachalot blanc, surnommé Moby Dick, qui lui a dévoré une jambe. La bête aura raison d’eux et le Pequod finira par sombrer…
Adapter le volumineux roman Moby Dick de Herman Melville était un sacré pari qu’Olivier Joubray et Pierre Alary ont relevé avec talent. Très bien documentés , scénariste et dessinateur ont restitué l’ambiance angoissante et dangereuse des ponts et des cales de ces bateaux d’un autre temps qui s’affrontent à des monstres marins avec un courage impressionnant. Le personnage de Queequeg est lumineux autant que celui d’Achab est inquiétant. Le choix de jouer souvent avec les nuances d’une seule couleur dans chaque vignette fait ressortir davantage les ambiances, le travail sur la lumière est réussi et réaliste.
Un ouvrage que l’on conseillera donc vivement, pour le plaisir d’embrasser en mots et en planches un classique de la littérature américaine!

Moby Dick
Librement adapté par O.Jouvray et P. Alary
Editions: Soleil
Collection: Noctambules
Prix: 17,95€
En librairie depuis avril 2013

A lire aussi:

Amour, opium et peinture…

De l’horreur du colonialisme

Eco et le mystère de la Vie

Une case en moins : la bipolarité en question

David Cantolla : Gloires et déboires d’un entrepreneur

David Brühlart : un artiste plasticien suisse féru de bains de papier

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à