fbpx

La lettre à Helga : un grand petit livre islandais

par

Par Nicolas Vidal- bscnews.fr/ Crédit-photo:(Roy Dislinden) / Les confessions d’un éleveur de brebis islandais auraient bien des raisons de vous rebuter à la lecture de ce roman tant le sujet pourrait paraître obscur, voire pointu, d’un aspect purement anthropologique.

Détrompez-vous ! Le roman de Bergsveinn Birgisson est une formidable histoire puisée au coeur d’une Islande authentique où la nature règne en seule maîtresse sur la lande islandaise. Bergsveinn Birgisson a endossé le rôle de passeur d’histoires, pour celles du moins que lui racontait son grand-père, alors pêcheur dans le nord-est de l’Islande. Titulaire d’un doctorat en littérature médiévale scandinave, Birgisson a choisi le genre formidable de la lettre pour raconter la correspondance de Bjarni Gislason de Kolkustadir, contrôleur de fourrage et éleveur de moutons, à Helga à qui il voue un amour impossible alors que son épouse vient de mourir. Cette longue lettre est une fenêtre incroyable sur l’Islande et sa culture, ses traditions, ses aspirations sociales et ses conventions. Bergsveinn Birgisson a merveilleusement travaillé à cette alchimie, tissant dans la soie même de son texte l’expression étonnante de ce berger éperdu d’amour pour Helga, fermière à qui il rend fréquemment visite en tant que contrôleur pour le Mouvement Coopératif islandais.Le texte tient en équilibre sur cette dualité étonnante entre l’existence rude de Bjarni Gislason de Kolkustadir du fait même de sa condition d’éleveur et de cette poésie  » dans le coeur » comme aime le rappeler Bergsveinn Birgisson.
La lettre à Helga est un roman éblouissant et passionnant de bout en bout où Bergsveinn Birgisson a su mettre en musique une belle et déchirante mélodie qui restera comme une pépite de la littérature islandaise. Remarquable initiative de la part des Éditions Zulma d’avoir choisi d’inscrire ce titre à leur catalogue et de le mettre à la disposition des lecteurs français.

▶︎ La lettre à Helga
de Bergsveinn Birgisson
Editions Zulma
Traduit du finnois par Anne Colin du Terrail
144 pages – 16,50 €

A lire aussi:

Mémoire Fauve : « Un monde d’ « Echecs » dont les fous constituent les pièces majeures »

Notre fin sera si douce : l’amour ou la vie ?

Elise Tielrooy : Le bonheur n’est pas un sport de jeune fille

Omaha : la fratrie indicible

Jens-Christian Grondahl : l’écriture des identités

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à