fbpx

17ème saison et 15ème Festival Sémaphore en chanson: pleins phares sur la musique !

par

Par Ewa Crétois – bscnews.fr/ Le Sémaphore, Scène conventionnée Chansons, nous dévoile sa programmation pour la saison à venir. Fer de lance de la culture dans l’agglomération clermontoise, cette scène a vu passer pas moins de 900 compagnies, artistes venus des quatre coins du globe. Cette saison, pour la 17ème année consécutive, renouvelle son engagement de qualité et de pertinence, en conviant les plus grands artistes du moment à figurer dans les pages de sa programmation…

Ibrahim Maalouf d’abord : à 34 ans, le trompettiste franco-libanais, ancien élève du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (Cnsmdp), s’est imposé comme une référence mondiale en matière de jazz. Sacré artiste de l’année aux Victoires du Jazz en 2013, son cinquième et dernier opus « Illusions », sorti en 2014, décroche une Victoire de la Musique dans la catégorie « musiques du monde ». La même année, c’est lui qui se charge de réaliser la bande-originale du film de Kim Chapiron « La Crème de la Crème » mettant en scène trois golden boys en herbe, élèves dans une des plus prestigieuses école de commerce, qui montent un réseau de prostitution au sein de l’établissement. En outre, Maalouf s’est vu proposer bon nombre de collaborations avec les plus grands artistes désirant colorer leurs musiques. On retrouve parmi eux Sting,Vincent Delerm ou encore Mathieu Chédid…ou encore Delerm qui sera le 3 février 2015 à Cébazat et présentera son cinquième album salué par la critique, « Les Amants parallèles » : analyse aussi fine que pointue de cette institution, aussi plaisante que destructrice, qu’est celle du couple.

Yom, ensuite, et son album « Le silence de l’Exode », voyage mystique, intérieur, explorant les tréfonds de l’âme humaine, conçu comme un périple à mi-chemin entre la puissante ancestralité et la modernité. Partant de l’épisode historique, et fondateur, de la sortie d’Egypte du peuple d’Israël et de ses longues années d’errance dans le désert de Sinaï, Yom nous plonge dans un héritage historique, au passé lourd, et nous confronte inévitablement à la solitude universelle de l’humain, à travers tous les exodes. On retiendra de ce périple en proie au mysticisme une vision d’universalité et de paix, importante à l’heure ou le monde s’embrase, la toile s’émeut, le ton monte suite aux récents événements opposant Israël et Palestine. Mais loin des bombardements et des arrestations, c’est pour une traversée hypnotique, pleine de méditation, à la croisée des musiques juives que le clarinettiste klezmer nous emmène.

Le Trio Joubran, groupe palestinien formé de 3 frères issus d’une longue lignée de luthiers et de joueur d’oud (luth oriental à la sonorité bien particulière), revient cette année avec un tout nouvel album, leur cinquième « Asfâr ». Alliant intensité, vitalité et profondeur, c’est avec les notes chantantes et multiples de l’oud que ces musiciens de renom s’expriment, faisant vibrer les cordes aussi bien que les coeurs d’un public conquis par ce mélange savant de sonorité méditerranéennes venues tout droit du Proche-Orient. Palestiniens d’origine israélienne, ces derniers vivant à Nazareth, Ramallah mais aussi Paris, sont particulièrement impliqués dans la défense et la diffusion de la culture palestinienne. Leur notoriété a dépassé les frontières, fait d’eux des ambassadeurs culturels de la Palestine tels qu’ils se sont vus remettre l’Ordre du Mérite et de l’Excellence des mains du président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Auteur-compositeur, mais également pianiste depuis l’enfance, Jeanne Cherhal sort un nouvel album « Histoire de J ». Ovni réflexif, hommage à Véronique Sanson. Ce disque est envahi par de belles harmonies qu’on lui connaissait déjà mais on doit bien reconnaitre qu’Histoire J est sans doute le meilleur album de Jeanne Cherhal ou du moins le plus abouti. Artiste prometteuse dès ses débuts, elle s’était illustrée en obtenant une victoire de la musique en 2004, qu’elle avait dédiée au grand Jacques Higelin. Jacques Higelin dont le fils, Arthur H, sera présent aussi cette année au Sémaphore. On aura le plaisir de le voir, le 12 novembre 2014, à l’occasion du 15ème Festival international de chanson francophone du 7 au 14 novembre 2014, où le nec plus ultra de la chanson française sera réuni sur scène. Julien Doré enfin qui, en 2013, a signé un troisième album dansant et torturé: « Amour, louve, et tropiques » ; c’est là le programme enchanteur de Julien Doré, chanteur désormais affirmé, arrivé à maturité. Le Sémaphore signe, une fois de plus, une programmation exigeante et de haut vol, qui devrait faire le bonheur de tout un chacun.

« Les immanquables en cette saison 2014/2015 »

10 octobre/ Youn Sun Nah
28 novembre/ Ibrahim Maalouf
14 janvier/ Le Trio Joubran
03 février/ Vincent Delerm
27 février/ Jeanne Cherhal
28 avril/ YOM

Le Sémaphore / 63118 CÉBAZAT

A lire aussi :

Les Francophonies en Limousin: une 31ème édition placée sous le signe de la création

Chalon-sur-Saône : l’Espace des Arts et sa nouvelle saison aussi riche qu’éclectique

Les Nuits de la Terrasse et del Catet : Béziers, la culture est à ta porte !

François Noël : « J’ai un goût particulier pour la danse contemporaine »

Jazz à Sète : une programmation prestigieuse au Théâtre de la Mer

28e édition du festival Chalon dans la rue : Ruée vers l’art

Détours du Monde: au carrefour des cultures au pays du Gévaudan

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à