fbpx

The Face of Love : une passion peu crédible mais un style artsie vivifiant

par

Par Candice Nicolas – bscnews.fr / Nikki (Annette Bening) et Tom (Ed Harris) vivent le parfait amour entre architecture et peinture dans leur sublime villa de Los Angeles. Pour leurs 35 ans de mariage, ils s’offrent une petite parenthèse au Mexique.

Parenthèse qui tourne immédiatement au drame : Tom se noie et laisse Nikki dévastée. Cinq ans plus tard, alors qu’elle se promène dans les galeries du Los Angeles Country Museum, elle croise un homme qui l’attire immédiatement. Il est le portrait craché de Tom. Elle se décide alors à le suivre. Expérience cathartique ou jeu malsain ?
Nikki séduit le peintre Garrett et commence alors une relation passionnelle de faux semblants et de vrais débordements. Sous l’œil jaloux de son voisin de palier – Robin Williams – l’amourette prend des proportions qui pourraient s’avérer dangereuses. Nikki avouera-t-elle la vérité à Garrett ?

La passion des personnages est parfaitement interprétée par deux acteurs de talent – il est aussi agréable de revoir Robin Williams ! – mais elle laisse à désirer dans sa crédibilité. Un sosie d’accord, mais une copie conforme ? On peut se prendre au désespoir de Nikki et vivre pleinement sa déchirure, ou ne pas du tout se laisser convaincre par le trop de coïncidences et de bons sentiments. Si le sujet vous intéresse, allez-y, au moins pour le jeu impeccable de Annette Bening et l’ambiance artsie de Los Angeles qui valent le détour.

The Face Of Love
Sortie en salles le 16 juillet 2014
1h32 minutes
Réalisé par Arie Possin – Avec Ed Harris, Annette Bening, Robin Williams, Amy Brenneman, Jess Weixler, Linda Park

Lire aussi :

La crise de la quarantaine décortiquée à la mode ibérique

Nos étoiles contraires : une romance bouleversante qui défie la maladie

Triple Alliance : quand la vengeance est un plat qui se partage

Comme le vent : Armida Miserere et le milieu carcéral italien

Angelina Jolie : une Maléfique diaboliquement fidèle à Disney

VINCENT de Paul Cox: une homélie sur les mystères et la foi de Van Gogh

Cinéma : la lecture est un film qui permet à chacun d’être le réalisateur de ses fantasmes

12 Years a Slave : une adaptation éveillant les tourments historiques avec lucidité

Sparrow : quatre pickpockets et une princesse à délivrer

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à