fbpx

Festival des Arts Sacrés : une excursion spirituelle en Avignon

par

Par Ewa Crétois – bscnews.fr/ Dans le cadre du programme Foi & Culture, le Festival In d’Avignon aura le plaisir d’accueillir du 15 au 20 juillet 2014, le Festival des Arts Sacrés Andreï Tarkovski, dont la programmation a été elaborée en collaboration avec son fils Andreï Andreïvitch Tarkovski, parrain de cette première édition. L’événement réunira plus de 60 artistes aux horizons divers et variés, afin d’établir un dialogue entre les différentes spiritualités venues du monde entier pour l’occasion: Europe, Amérique latine, Ukraine, Russie, Inde, Iran…

Le Festival s’articulera autour d’une rétrospective des films du grand maître et réalisateur soviétique, Andreï Tarkovski, décédé en 1986 à Neuilly-sur-Seine. Son oeuvre, exigeante et empreinte de mysticisme, figure parmi les incontournables du 7ème art. Tout au long de sa carrière, Tarkovski a pris plaisir à explorer l’âme humaine et les basculements de l’Homme dans les affres de la folie, ou a tenté de franchir la frontière ténue séparant l’imaginaire du rationnel. Le réalisateur a créé une imagerie que l’on pourrait de nos jours qualifier d’hypnotique tant elle est visionnaire. C’est dans cette même imagerie que s’enlacent et s’entrelacent le profane et le sacré. Son oeuvre est comparable à celle d’un génie des belles lettres russes: Dostoievski. Se mettant au service de la description de l’Homme, le saissisant à la fois dans toute sa grandeur et sa décadence, mettant en exergue les contradictions inhérentes à la nature humaine, ses rapports à l’amour, au charnel, au sacré, mais également à la domination. Tarkovski pensait que le cinéma se devait d’être réaliste, il ne s’agissait évidemment pas de faire un reportage, mais de saisir l’intégralité d’une vérité, et ce sans fioritures. C’est Tarkovski qui a le mieux conceptualisé l’expression de la relation homme/dieu grâce au 7ème art, faisant de son oeuvre un véritable monument cinématographique.

Les enjeux de ce festival sont multiples et le plus important est celui de créer ensemble un avenir culturel durable. Ses organisateurs expliquent en effet que le danger d’uniformisation face à la mondialisation nous guette, et ,plutôt que de crier au loup et de dériver vers une perspective passéiste, il serait bon d’oeuvrer ensemble pour nos patrimoines communs, créant un ensemble culturel pluriel où chacun cohabite tout en étant différent. Lors de cette édition, il sera également question de savoir quelles sont les sources de la spiritualité européenne, et quels sont les moyens de transmissions envisagés et envisageables pour s’adresser à un public aussi vaste que contemporain. C’est ainsi qu’en trois lieux d’Avignon se donneront les différentes créations du festival: l’Église Saint-Agricol, la Chapelle des Pénitents et la Chapelle de la Porte Evêque, conjuguant cadre historique et religieux. Cette manifestation devrait être l’opportunité de poser les fondements d’une dynamique internationale spirituelle par le biais de son travail sur l’espace mais également sur la célébration du corps. Soutenu par des groupes catholiques et des grand lieux spirituels, le festival pose la première pierre à l’édifice en mettant à l’honneur la tradition, non comme une forme figée, mais comme une forme d’art,nouvelle et réactualisée.

Quelques dates :

Du 15 au 18 juillet- Retrospective des films Tarkovski (Chapelle des Penitents Gris)

Du 15 au 20 juillet-« Passage, de l’Ombre à la Lumière » par la compagnie Epi d’Or Arts (Église Saint-Agricol)

Du 16 au 19 juillet-Anhelli « L’appel » du théâtre ZAR (Chapelle de la Porte Evêque)

Site officiel du festival: www.festivaltarkovski.fr

A lire aussi:

Les Suds à Arles : « La colère des intermittents et la grève sont légitimes » selon Marie-José Justamond

Festival A-PART 2014: Goya s’en va en guerre

Marathon des mots 2014 : Toulouse dans les starting blocks

8ème édition du Festival de Musique de Richelieu: un voyage musical hors du temps

Arles : le jazz aux Suds

Festival Renaissances 2014: l’art à la rue

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à