fbpx
mike davis

Mike Davis : un peintre tatoueur surréaliste

Propos recueillis par Julie Cadilhac- bscnews.fr/ crédit photo DR/ Peintre surréaliste moderne, Mike Davis vit et travaille à San Francisco. Autodidacte, s’il peint depuis 7 ans maintenant, il est également musicien, sculpteur sur bois et tatoueur. Certains de ses tatouages peuvent d’ailleurs être découverts au Musée du Quai Branly à Paris jusqu’au 18 octobre 2015 dans l’exposition collective « Tatoueurs, Tatoués ». C’est la deuxième fois que son travail est présenté en France. Ses toiles offrent à l’œil intrigué des compositions étranges où la mort embrasse la vie, la folie rôde et les symboles se disputent la vedette. Un artiste aussi passionnant que singulier à découvrir !

propos recueillis par

On peut lire dans votre biographie sur votre site que votre vocation est née grâce à votre mère qui vous a sensibilisé à l’art?
Oui, ma mère fut ma première influence. Quand j’étais petit, je me rappelle qu’elle confectionnait sans cesse des choses : des projets de fabrication en lien avec le bois, le papier, la peinture etc….

Vous souvenez-vous d’une œuvre en particulier qui vous aurait particulièrement marqué enfant?
Les premières oeuvres qui m’ont marqué ? Big Daddy Roth, les bandes dessinées, les films de science- fiction, les films d’horreur . Beaucoup d’entre elles avaient un grand impact sur moi .

Vous prisez particulièrement the « Netherlandish painting of the Northern Renaissance »; qu’est-ce qui vous séduit dans cette mouvance picturale?
Je suis particulièrement attiré par les peintres flamands et néerlandais depuis l’époque gothique jusqu’à l’époque baroque. J’aime les paramètres et les palettes qui sont utilisés et les scènes de la vie quotidienne. J’aime aussi la technique avec laquelle ces tableaux sont peints . Souvent, il y a une morale ou un message dans le travail. Il s’agit d’une sorte de détachement de l’œuvre proprement religieuse qui prévalait partout ailleurs à l’époque.

Vous êtes un peintre autodidacte : est-ce parce que vous êtes quelqu’un qui a un immense besoin de liberté et a du mal à suivre les consignes de quelqu’un d’autre?
Je suis autodidacte surtout parce que je n’ai jamais eu l’opportunité d’aller dans une école, ce qui a effectivement été une bonne chose au final. Je pense qu’aller à l’école m’aurait envoyé dans une direction différente. Je suis autodidacte dans presque tout ce que je fais ( musique, travail du bois , tatouage , art ) mais je ne m’oppose pas à l’école, c’est juste que les choses fonctionnent de cette façon .

Vous êtes également en effet musicien, travailleur du bois et vous dessinez des tatouages : un mour ces différentes activités?
J’ai beaucoup de passions . Je suis musicien : je joue dans des groupes depuis les années 70 et ai 10 albums à mon actif. Je fais des tatouages depuis 26 ans. J’aime aussi le travail du bois : la fabrication de meubles et faire des objets d’art bien sûr! Le problème est qu’il y a trop de choses que je voudrais bien faire mais il n’y a pas assez de temps !

Êtes-vous vous-même tatoué? Le besoin d’avoir de  » la peinture » même sur son corps?
J’ai nombreux tatouages . Sans doute parce que je pratique cette activité depuis longtemps. Je ne voudrais pas faire un tatouage à quelqu’un qui n’en a pas ou qui n’est pas convaincu de ce qu’il fait .

Avec quels matières et sur quels supports peignez-vous?
Je travaille avec la peinture à l’huile , la plupart du temps , sur toile ou sur panneau de bois. Parfois je me fais plaisir à travailler avec l’aquarelle .

Dans vos toiles, la violence se heurte à la fragilité, l’humain se croise avec l’animal, la nature affronte la civilisation… pour exprimer l’absurdité du monde?
Les idées pour mes peintures viennent de partout. Mon travail est ma thérapie et les images sont des métaphores des événements de ma vie. Tout est autobiographique .

Votre style pictural a quelque chose d’à la fois moderne et de suranné… l’expression d’un homme de son temps à la nostalgie chevillée au corps ?
J’essaie de faire des peintures qui ressemblent à l’art que j’aime – il n’y a vraiment rien de plus que cela, c’est simplement le regard que je souhaite montrer.

A lire aussi:

Laura Galbraith : de la couleur pour le printemps !

Mark Ryden : le chef de file des surréalistes américains

Naoto Hattori : un jeune peintre japonais pop-surréaliste

Nicoletta Ceccoli : une dessinatrice de Saint-Marin aussi mystérieuse que brillante

Jean-Martial Dubois : la ville sens dessus dessous

Eric White : des toiles rétro-chic aux belles américaines

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à