fbpx

Hyperflux ou quand « le meilleur des mondes » se traduit sur les planches

par

Par Soisic Belin – bscnews.fr/ Un homme pris au piège par le système, une technologie chronophage, espiègle et malsaine; l’atmosphère est donnée par ces quelques mots : BIENVENUE A GATTACA.

Nous sommes dans un temps futur, un ailleurs temporel qui nous guette et qui n’est pas aussi loin qu’on pourrait le croire. Alone Mirou subit l’hyper connexion. Ce trentenaire employé en tant que rédacteur chez NEWSBRIB (la fusion de Google, Facebook, Twitter et TF1) voit sa vie lui passer sous le nez; elle défile à travers les écrans qu’il manipule à longueur de temps, des hologrammes, du tactile en veux-tu en voilà ! Paradoxalement, l’abus de ce dernier a construit un nouveau rapport au corps qui se dématérialise; la chaleur humaine a laissé place au vide sentimental et charnel, désormais on aime à travers le rêve et uniquement dans un laps de temps court et contrôlé. La liberté n’est plus, tout le monde est crypté, filtré, espionné, pucé; à trop vouloir la praticité de la machine, la rapidité de cette dernière, l’homme s’est aliéné, il est passé du travail à la chaine à un autre travail tout aussi abrutissant où rien n’a d’importance mais où tout est primordial, surtout dans un monde où l’information se déverse en flot continue.
Quand l’aisance oratoire se mêle à la performance corporelle, on ne peut que saluer la prestation d’Adrien Cohen et de sa complice Chloé Galzin-Turco. Cette pièce dessine une société aseptisée, sans saveur, sans goût, sans odeur, naviguant sans cesse entre théâtre d’anticipation et satire de notre société actuelle qui subit déjà les affres de l’ultra-modernité. Tout est suggéré, rien n’est donné au spectateur afin que celui-ci se laisse porter, se fasse sa propre réflexion et se donne sa propre définition du Mal. Et si nous étions en train de fabriquer l’arme qui mettra fin à notre civilisation?

HYPERFLUX
Un spectacle d’Adrien Cohen co-écrit par Florence Roche.
Mise en scène par Gwen Aduh (conseiller en mouvement : Guillaume Le Pape)
Avec Adrien Cohen et Chloé Galzin-Turco.
Au sentier des Halles
Tous les jeudis à 19h45

A lire aussi:

Palais de Glace : une plongée en apnée sourde et poétique

Les frères Karamazov : une fresque familiale intense et exaltée

Scapin ? Une fourberie inachevée!

Faust et usages de Faust : Quand le diable tire les ficelles

Trop d’amour maternel peut parfois mener au matricide… Démonstration scénique

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à