fbpx

François Bégaudeau : un drôle d’animal

par

Par Laurence Biava / Grasset a inauguré en début d’année sa collection «Vingt-Six», consacrée aux abécédaires d’écrivains, avec celui de François Bégaudeau. Le titre : «d’âne à zèbre» ou comment évoquer des animaux cancres, comme les singes -pas savants- de son dernier roman l’excellent Deux singes ou ma vie politique.

« Bien que l’étymologie du mot alphabet vient du grec (alpha et bêta correspondantes aux premières lettres de l’alphabet), ce sont les Phéniciens qui transmirent aux Grecs ce savoir afin qu’ils puissent transcrire leur propre langue. L’importance des Phéniciens dans l’histoire de l’alphabet est reconnue de tous : il a toujours existé cependant des divergences d’opinion sur leur rôle effectif. Inventeurs et propagateurs de l’alphabet pour certains, les Phéniciens étaient pourtant considérés par d’autres comme de simples intermédiaires qui auraient transmis aux Grecs l’invention d’un autre peuple, en contribuant à donner à cet alphabet sa forme définitive.*  »
Nul alpha et béta ici égarés sur un tableau noir, François Bégaudeau fait son cirque et défie cet ordre alphabétique rappelé plus haut. Dans cet ensemble bariolé et foutraque, il feint de respecter la consigne, mais la piétine en douce, par de discrètes injections de fiction et de réel. Cet abécédaire subjectif est un essai original et comique, quelquefois léger, quelquefois sérieux. Souvent les deux mêlés.
« Pourquoi un âne premier sur la piste ? C’est la décision alphabétique du Phénicien. Pourquoi un a en tête du cortège des lettres ? On se ne pose pas trop la question à vrai dire avant de lire ce livre. D’une bouche nouvellement née sort un a primal à quoi succède un b qui prenant les devants inculquera le b.a.-ba. C’est ainsi qu’animal, par quoi tous commençons, débute une semblable inspiration. Tout se tient. Presque trop ». Ainsi, sont tour à tour croqués la bourgeoisie, le rock, le mérite, les disparités entre le vrai et le faux, les faits divers, le racisme, -Pour l’humaniste, la question du racisme est réglée. Réglée par nature, puisque l’acte fondateur de l’humanisme est l’affirmation d’un universel qui transcende les particularismes identitaires. Depuis ce promontoire, le racisme est une absurdité. Une erreur de jugement. Tout homme sensé l’admet. Le racisme disparaîtra de la planète quand chacun deviendra sensé, deviendra humaniste. Cela ne saurait tarder. Sens de l’Histoire. Progrès. Ironie fondée quand il évoque l’affaire DSK, les films de la Nouvelle Vague, Bégaudeau s’attaque à nos certitudes les plus solides, et les marque d’un Z qui veut dire «Zèbre». A la fin de son tour du monde i-drôlâtre et miniature en 26 lettres, son idée est faite: le monde semble assez complexe. Intangible en raison de ses remous, il ne peut s’ordonner comme un alphabet. Si tout se rode, tout s’érode aussi. Il ressemble à une fresque délavée.
Arrivé à F comme «Faux», l’abécédaire se donne l’allure d’un récit, celui d’une série de banquets peuplés de créatures inventées et de célébrités remixées, qui prennent la parole à tour de rôle. Des personnages apparaissent, sautent d’un chapitre à l’autre. Dans cette jungle singulière, qui déploie l’envers du décor, on voit des personnages qui interviennent un à un, humains, animaux, philosophe, célébrités déglinguées. Chacun, selon sa teinte, relaie la voix de l’auteur. Les langues, les styles s’entremêlent à l’infini, et composent un livre hybride et fort, à la richesse simple et inventive. L’auteur emporte avec lui son lecteur jamais rassasié. Au regard aiguisé mais toujours bienveillant sur l’époque et sa société malade, il ajoute une langue juste et ciselée. François Bégaudeau livre son temps. Un drôle d’animal.

D’âne à zèbre
François Bégaudeau
Editions Grasset
Sortie en librairie : 6 février 2014
Photo JF Paga – Grasset

* ( Source : les phéniciens.com )

A lire aussi:

Romans et Femmes de tous les tourments

Maylis de Kerangal : De battre un cœur s’est arrêté

Le chevalier de l’entrecôte : un opéra romanesque en trois actes

Le colonel et l’appât 455 : bourreau ou victime?

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à