fbpx

Myriam Boyer : une Fréhel émouvante

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ « Pervenche » se souvient encore des minutes bénies où son amoureux partageait avec elle les soirées mondaines, le succès et l’insouciance de ceux à qui tout réussit.

Mais le fantôme de Maurice vient maintenant la hanter toutes les nuits et il joue avec sa fragilité, donne des rendez-vous à Mistinguett juste en bas de son immeuble et, inconsolable et brisée, elle ne trouve que l’alcool pour oublier.
Elle, c’est Fréhel, de son vrai nom Marguerite Boulc’h, fille d’un couple de bretons dont la mère, concierge,se livrait parfois à la prostitution, qui rencontre à quinze ans, grâce à son travail de vendeuse de cosmétiques, la Belle Otero, artiste qui admire son caractère et sa voix et lui propose de chanter sous le nom de « Pervenche ». On doit à Fréhel La Java Bleue, Le Fils de la femme poisson, J’ai l’cafard, Si tu n’étais pas là et d’autres chansons qui ont inspiré depuis de nombreux chanteurs dont Charles Trenet, Jacques Higelin, Serge Gainsbourg ou encore Renaud. Chanteuse célèbre de l’entre-deux-guerres, de sa voix singulière et tremblée, elle racontait le Paris Populaire et connut une déchéance prématurée à cause des excès de l’alcool et et de la drogue. Lui, c’est Maurice Chevalier, son humeur joyeuse et son canotier célèbre.
Myriam Boyer est prodigieuse dans le rôle de cet être vieilli qui confond réalité et rêve, sent sa dernière heure poindre et espère encore le retour de celui pour lequel elle a tout sacrifié. Clement Rouault offre sa jeunesse arrogante, Edwige Lemoine sa douceur, à cette mise en scène fort réussie. Le tout est accompagné de chansons d’époque qui raviront les nostalgiques ! Grace à des jeux de cloisons mouvantes, l’espace se transforme et l’on vit, avec émotion, les dernières heures d’une grande chanteuse au cœur las. À voir absolument si vous en avez l’occasion!

Riviera
D’Emmanuel Robert-Espalieu
Mise en scène: Gérard Gélas
Avec Myriam Boyer, Clément Rouault et Edwige Lemoine
Durée: 1h10

Dates de représentations:

– Le 18 mars 2014 au Théâtre Jacques Cœur à Lattes ( 34)
– Du 15/04/2014 au 24/05/2014 au Théâtre les déchargeurs, Paris ( 75001)
– Le vendredi 28/03/2014 à 20h30 aux Variétés , 72, RUE DE CHELLES 
77360 VAIRES SUR MARNE
– Le vendredi 04/04/2014 à 20h30 à THEATRE ET CINEMA 
Place du 8 mai, FONTENAY LE FLEURY

A lire aussi:

Les Damnés de la terre : Jacques Allaire dénonce à grands coups de pinceaux inspirés le mal colonial

François Morel : la prophétie espiègle d’un amoureux des mots

Le jour où j’ai acheté ton mépris au Virgin Megastore :la société de consommation passée au crible par la Cie Adesso e sempre

Gilles Bouillon et son Dom Juan imposteur

Tu tiens sur tous les fronts : une parenthèse théâtrale entre poésie et différence

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à