fbpx

Millepied, Cunnigham, Peck: une soirée au succès mitigé pour Montpellier Danse

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ C’est Benjamin Millepied qui, dès le 15 octobre 2014, succèdera à la direction de l’Opéra national de Paris pour succéder à Brigitte Lefèvre; on comprend donc la curiosité et le vif désir des amateurs de danse montpelliérains de découvrir ce danseur et chorégraphe de 36 ans qui s’est illustré dans de nombreux ballets de George Balanchine, a été directeur artistique du Morris Center Dance à New-York et ,d’un point de vue plus médiatique, est l’image du parfum pour homme de Yves Saint- Laurent » L’homme libre » et le chorégraphe et conseiller du film Black Swan où il a rencontré sa célèbre future épouse, l’actrice Natalie Portman.

Sa pièce, Reflections ( 2013), est le premier volet d’une trilogie , intitulée Gems et imaginée en collaboration avec L.A Dance Project, un groupe qui fut créé en 2012 à Los Angeles et souhaite rendre hommage aux grandes collaborations du passé. Reflections se pare d’un plateau en rouge et blanc : en arrière-plan, deux mots en lettres capitales sont affichés alternativement : Go et Stay. Succession de duos et de solos, ils laissent globalement une impression disparate que la musique, répétitive, ne rehausse pas de charme. Rien de très remarquable dans cette pièce chorégraphique sans grande originalité : seuls deux danseurs se démarquent : Charlie Hodges  » aux pieds de danseuse » qui virevolte avec une rapidité et une grâce exquises mais également Morgan Lugo dont les gestes délicats et sensibles charment l’œil.
Ce 11 mars 2014, à l’Opera Berlioz de Montpellier, Reflections a été suivie d’une pièce de 1964, nommée Winterbranch, du chorégraphe Merce Cunningham et dont on ne comprend pas la raison de l’exhumation. Véritable torture auditive ( la musique est composée d’un son de cendrier raclant un miroir et d’un son de bois frotté contre un gong chinois) et visuelle ( les danseurs évoluent dans une semi-obscurité dans laquelle percent des lumières aveuglantes et intermittentes), elle est le reflet d’une culture qui se veut élitiste et propose des objets arides et osons-le dire abscons. Elle a été récompensée par les huées des spectateurs exaspèrés….et si cela est un moment difficile pour les interprètes ( qui n’y sont pour rien), on ne peut assurément demander au public de tolérer qu’on se moque de lui de cette manière et qu’on lui donne comme souvenir de soirée des acouphènes!
Enfin, les spectateurs ont eu l’occasion de découvrir après le second entracte une pièce fraîche et plaisante d’un jeune chorégraphe, Justin Peck. Murder Ballades( 2013) n’a rien de morbide, au contraire! Elle fait danse de petits gestes du quotidien et aime à donner aux danseurs l’occasion de badiner ensemble et de façon métronomée. Une recréation fort agréable et qui est pleine de promesses pour les créations à venir de Justin Peck.

Benjamin Millepied – L.A Dance Project

Reflections/ Winterbranch/ Murder Ballades

Benjamin Millepied/ Merce Cunnigham/ Justin Peck

Mardi 11 mars 2014 à 20h à l’Opéra Berlioz / Le Corum

A lire aussi:

Festival Hérault Trait Libre : le dessin de presse et les femmes

Le Printemps des comédiens 2014 : l’avant-programme pour patienter!

Montpellier : Escapades en librairies 2014

Jazz : Un collectif militant dans le Languedoc-roussillon

Daniel Villanova et sa croisade humoristique contre le gaz de schiste

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à