fbpx

Le mec de la tombe d’à côté : une adaptation théâtrale décevante du roman suédois

par

Par Mélina Hoffmann –bscnews.fr/ Une rencontre improbable. Elle vient régulièrement se recueillir sur la tombe de son mari, victime d’un accident de vélo. Il vient régulièrement fleurir la tombe de sa mère, emportée par un cancer. Elle est une citadine intello, bibliothécaire. Lui est un agriculteur un peu rustre et peu cultivé. Deux voisins de cimetière issus de milieux sociaux différents, deux solitaires aux centres d’intérêts complètement divergents. Et pourtant…

C’est une histoire banale, classique, universelle : deux êtres incompatibles, en proie malgré eux à une puissante attirance, et qui s’engagent dans une relation amoureuse intense. Mais l’entente physique et l’humour qu’ils partagent ne suffisent rapidement plus, et les amoureux se trouvent alors confrontés au fossé social et culturel qui les sépare. Aucun d’eux n’est véritablement prêt à s’ouvrir au monde de l’autre, et après quelques mois d’une histoire légère, une décision s’impose…
Il y a de la tendresse, de la douceur, de l’humour et beaucoup de naturel dans le jeu des deux comédiens qui évoluent en parallèle, chacun d’un côté de la scène, parfois en alternance, et qui se rencontrent de temps à autre. Difficile pourtant de se laisser convaincre par le jeu féminin un peu figé et dont l’authenticité n’est pas toujours aussi évidente que celle de son accolyte masculin. Un texte linéaire servi par une mise en scène minimaliste pour une adaptation finalement assez plate et décevante du roman suédois de Katarina Mazetti. Dommage !



“Le mec de la tombe d’à côté”
 de Katarina Mazetti


Adaptation: Alain Ganas


Mise en scène : Panchika Velez



Avec 
Sophie Broustal et Didier Brice

Après le Petit-Saint-Martin, le Théâtre de la Renaissance, 
le Théâtre des Bouffes-Parisiens, le Petit-Montparnasse
 et des tournées en France et à l’étranger,
 en accord avec Atelier Théâtre Actuel et Arguia Théâtre 

Reprise du 30 janvier au 4 mai 2014

 au THÉÂTRE DES BÉLIERS PARISIENS / Représentations du mercredi au samedi à 21 h 30
 matinée le dimanche à 15 h
relâche : dimanche soir, lundi et mardi ainsi que les 14 et 20 mars

A lire aussi:

La nuit des piranhas : un carnaval révolutionnaire dans un commissariat de banlieue

Confidences profanes au fil des vagues

Ionesco mis en scène par une compagnie normande avec un acteur british ! Absurde dites-vous? Pas du tout. Juste déjanté!

Des fleurs pour Algernon : le monologue époustouflant de Grégory Gadebois

J@lousie en trois mails : L’amour peut-il continuer à s’épanouir sans liberté ?

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à