fbpx

En cas de forte chaleur : une simple histoire de famille irlandaise…ou presque !

par

Par Félix Brun – bscnews.fr/ En juillet 1976,Londres est pétrifiée par la canicule. Parti acheter son journal quotidien, Robert Riordan ne réapparait pas à son domicile, contraignant Gretta son épouse à alerter la police et ses trois enfants.

Il y a d’abord Monica, l’aînée, qui est confrontée au même moment à la mort du chat et pour qui « l’idée que leur père puisse faire quelque chose d’inattendu ou d’imprévu était ridicule. » Elle est empêtrée dans des états d’âme confus, paradoxaux, rancuniers et obsessionnels : « Encore sous le coup de sa crise de larmes, elle se sentait inondée, frissonnante, un peu comme une rue londonienne qu’on vient de laver et qui parait sombre, mouillée, propre. » Puis le cadet, Michael Francis, seul garçon de la fratrie, qui, de son côté, au moment de la disparition de son père, rencontre quelques tensions avec sa femme : « un type bien[…]Pourtant malgré cette correction, ce sens du devoir, ce sérieux et les attentions dont il est capable, il franchit la ligne jaune. » Et enfin, la dernière, Aoife, un peu particulière, qui depuis des années vit à New-York sans donner signe d’existence, avec ses secrets, son secret : « Elle ne sait pas lire. C’est là une vérité qu’elle garde pour elle et qui la force à mener une double vie. » Autour de Gretta la maman, les trois enfants vont essayer de retrouver , de comprendre la fuite du père, son secret, sa vérité. L’ambiance est pesante, lourde de chaleur et de tension, de souvenirs et de disputes sur fond d’une Irlande catholique traversée de mystères et d’étranges créatures.
L’auteur nous invite à côtoyer une famille irlandaise, immigrée à Londres, en abordant, tour à tour, les thèmes de la déprime, de l’âge, du besoin de vérité, de la maternité, du handicap, de la monotonie, de l’habitude et du travail. L’écriture est juste, sensible, intense et utilise avec brio les métaphores et les analepses ; et elle maintient le lecteur en suspense jusqu’au point final. Il n’est pas étonnant que le roman de Maggie O’Farrel ait été selectionné pour le Costa Book Awards et qu’il ait été également finaliste des National Book Awards britanniques. A découvrir!

En cas de forte chaleur
Auteur : Maggie O’Farrel
Editions : Belfond

A lire aussi:

La passion amoureuse aux trois trésors

Marianne Maury Kaufmann : Dédé, enfant phare

Giulio Minghini : Tuer le tyran

À nous deux, Paris : la disgrâce d’un narcisse

Trois candidats au Conseil paroissial et un enterrement

Dominique Barbéris : l’eau qui dort

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à