fbpx

Apologie du slow : A l’italienne !

par

Par Marc Emile Baronheid – bscnews.fr/ L’éloge est à la mode. Et plus encore l’éloge de l’éloge. Sublimé, il devient apologie, genre prisé par Fabio Viscogliosi, lyonnais né de parents italiens, comme René Belletto. Fabio S est un adepte de la lenteur, mais pas n’importe laquelle : la lenteur paradoxale, forme en creux du festina lente, cher à Boileau et Aristophane.

Son livre est un récit syncopé, constitué de fragments qui défilent à la queue-leu-leu, l’air requis par l’urgence, lors même qu’ils prônent le luxe fondamental de la jubilation patiente. On dirait la projection stromboscopique d’une partie de pêche. Chaque texte ou séquence figure une truite de rivière, qui ondoie paresseusement puis file sans crier gare, comme mue par une décharge électrique. Léonard Cohen, le lac Léman, une lectrice de Murakami, la Ford Mustang de l’oncle Michel apparaissent puis s’effacent discrètement, le temps que nous goûtions confortablement cette déambulation et prenions conscience de l’inachèvement des plaisirs faussement anodins. On pense à Victory Boogie-Woogie, le tableau inachevé de Mondrian. On aime ce livre qui regarde la vie avec les yeux de Sempé.

Apologie du slow
Fabio Viscogliosi, Stock, 19 euros

A lire aussi:

Philippe Rahmy : un corps à coeur chinois

Pierre Le-Tan : l’autre monde du silence

La mémoire du monde : un vertigineux voyage dans le temps

Louise Erdrich : Un roman dans le sillon fécond des origines et de la maturité

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à