fbpx

Lune et Lotre : elle aurait pu être langoustine ou éléphant, elle choisit couturière.

par

Deux points de vue du BSCNEWS pour ce spectacle de marionnettes aussi espiègle que pertinent !

La lecture de Loïc Bertrand : La pièce de thèatre Lune et Lotre est un spectacle familial, accessible à un jeune public dès 7 ans. Il est proposé par la Compagnie Mungo, créé dans l’Hérault en 2000 par Isabelle Bach et Serge Lucas.
L’originalité de cette compagnie est son indéniable facilité à embarquer le spectateur à chacune de ses créations , dans un voyage personnel autant intérieur qu’en terra incognita. Depuis 14 ans, l’art de la compagnie Mungo s’appuie sur des textes de qualité et un jeu d’acteur portés à la fois par la manipulation de marionnettes, le théâtre d’ombres, la composition graphique, les arrangements sonores et musicaux. A chaque spectacle, la magie opère.
La pièce de théâtre Lune et Lotre d’après le texte de Erell Guillo et adapté par Isabelle Bach marie avec bonheur les ingrédients de la recette de la Compagnie Mungo. Lune et Lotre, c’est l’histoire de Lune, auteur, en cruel manque d’inspiration qui appelle Lotre, sa muse, sa poupée, son double. Lune doit rendre son manuscrit pour le lendemain matin, mais elle bute sur les mots, les phrases, la chute de son histoire. Elle sollicite Lotre, celui qui vit les histoires : Lotre n’est plus un éléphanteau attaché à un piquet, c’est maintenant une couturière qui coud et qui coud depuis la nuit des temps avec sa vieille machine. Elle vit seule dans une chaumière au milieu de la forêt , loin du village, où ses habitants la prétendent à moitié sorcière. Lotre cependant se lasse de vivre cette histoire, il veut l’abandonner et tout quitter. Il veut s’affranchir de Lune pour voir le monde et pourquoi pas la mer? Lune ne l’entend pas de cette oreille. Avec Lune et Lotre ça va valser…
La fable de Lune et Lotre est une invitation à toutes sortes de voyages, tant vers la connaissance des autres qu’à la connaissance de soi. Le rêve fait son miel avec la lecture du bulletin radio de météo marine: Fisher, Viking, Dogger… suffit à nous faire voguer sur l’océan et deviner l’inconnu de ses abysses. Nous avons dans nos imaginaires nos mers intérieures et nous fantasmons avec Lune et Lotre sur une réalité qui n’est pas. Le réel nous soumet et l’on comprend qu’il ne suffit pas de changer de lieu pour changer son rapport avec le monde. L’interprétation d’Isabelle Bach et son habileté à manipuler le pantin, la poupée Lotre, nous projette dans le sensible et la poésie des souvenirs de l’enfance. « Les souvenirs ? tu les emportes, ça pèse une plume! « Je me souviens des tartines au beurre et au sucre » et adultes et enfants, à leur manière, sauront apprécier le clin d’oeil à Georges Pérec qui est adressé…

La lecture d’Estelle Regnier : Un décor complexe, dense mais harmonieux, qui attise la curiosité. De longues bandes de papier épinglées se balançant au dessus des brouillons chiffonnés. Des objets disposés ça et là dans une pièce mystérieuse : une sorte d’atelier de travail. Une théière, des cages, une machine à écrire, des radios, une machine à coudre, une lampe, un rétroprojecteur, une mappemonde… Au premier abord, toutes ces choses n’ont aucun point commun. Pourtant, elles font partie de la fabuleuse histoire de Lune et Lotre, elles les inspirent, les guident.

Lune est une écrivaine cherchant désespérément l’inspiration, les mots justes qui feront sourire les enfants. Lotre, muette, immobile, n’est autre que le personnage de ses histoires. Cette fois-ci, elle sera couturière. Une couturière épuisée et rejetée qui rêve de liberté. Ensemble, elles écriront cette histoire, leur histoire qui les mènera au bout de leur rêve. Lune et Lotre ne font qu’une. Pour cause, il n’y a qu’une comédienne sur scène, mais quelle comédienne ! Jonglant d’auteur avec Lune à personnage avec Lotre, valsant avec son propre corps ou avec celui de son double marionnette comme s’il était réellement animé, Isabelle Bach nous fait rêver en même temps qu’elle et son « autre » s’évadent.

L’originalité de l’histoire, la singularité de ses personnages, le décor bien « ficelé », les effets techniques féériques (ombres chinoises, jeux de lumière, projections, dessins, sons, mots…) nous font voyager dans leur univers fantasmagorique empreint de sensibilité et de subtilité. En apparence, simple moment de rêve pour les enfants ? Pour les plus âgés, ce spectacle donnera aussi à réfléchir sur l’ouverture à l’autre et la connaissance de soi. Un spectacle à partager en famille !

Les prochaines représentations de Lune et Lotre :

Lune et Lotre 11 février à 20h00, 13 et 14 février à 14h30 au Théâtre Jean VILAR à Montpellier (34)

Lune et Lotre 24 mars à 14h, 25 à 9h30 et 14h00 (rep scol),26 à 15h (TP) Bagnols sur Cèze (30)

Lune et Lotre 09 avril, horaire à déterminer, L’ART DE THALIE à Lunel (34)

Galerie de photos :
http://compagnie-mungo.com/galerie-lune-et-lotre/

Le site internet de la compagnie Mungo

A lire aussi:

Blue Jeans: un manifeste marionnetique contre l’exploitation enfantine

Lune et Lotre : elle aurait pu être langoustine ou éléphant, elle choisit couturière.

Le bourgeois gentilhomme au pays du Soleil Levant ? Une mascarade franco-nippone qui n’aurait pas déplu à Molière

Seconde escale pour la Compagnie Philippe Car : Antigone au nez rouge !

En attendant Godot : un tableau à l’encre bleu nuit, où l’imaginaire règne en maître

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à