Gus Bofa : un brillant adieu aux armes à Angoulême

par
Partagez l'article !

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Alors qu’il est grandement question de l’exposition Tardi dans cette 41ème édition du Festival d’Angoulême, il serait dommage de ne pas grimper jusqu’à la mezzanine du Vaisseau Moebius pour se plonger dans l’univers de Gus Bofa au coeur de la Grande Guerre.

Partagez l'article !

Gustave Blanchot (1883-1968), mobilisé dès la première année de la guerre à tout juste 31 ans, est gravement blessé. Après avoir refusé l’amputation de sa jambe, il revient chez lui en 1916, invalide et se remet entre autres à dessiner sur la Grande Guerre pour retranscrire, de façon désabusée et absurde, la vie des poilus.

On plonge avec intérêt dans cette exposition qui …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à