fbpx

Anna : d’Anna Karina à Cécile de France

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ En 1967, l’ORTF produit un téléfilm musical, Anna, avec Anna Karina et Jean-Claude Brialy. Les chansons sont tirées de l’album éponyme de Serge Gainsbourg, dont la plus connue est Sous le soleil exactement. En 2013, Emmanuel Daumas a choisi de mettre cette fiction sur un plateau de théâtre et le résultat est….loin d’être enthousiasmant.

Afin de raconter l’histoire de ce couple en quête de l’amour idéal, le metteur en scène a opté pour l’univers d’une boite de pub ; Cécile de France et Grégoire Monsaingeon y incarnent deux employés et sont une réincarnation moderne du couple Karina-Brialy. Pierre Rigal, enfin, s’est occupé des chorégraphies. Le spectacle use de projections vidéo de dessins, d’images et de films d’animation. Tout semble se concevoir en direct, la musique comme les images, et il faut concéder que l’aspect plastique de ce spectacle ne manque pas de charme. Au duo de personnages principaux s’ajoutent un acolyte et confident de bureau, Léopold, et deux délicieuses poupées aussi écervelées que superficielles, Marie-Anne et Anne-Marie, qui assurent – avec effronterie, séduction et invention- le côté clownesque de cette comédie sentimentale. Quatre musiciens sont également présents sur scène, faisant office d’autres employés de la boîte. Mon tout pour une pièce très parisienne où tout est « tendance » : le choix des designs, le côté publiciste à femmes – bad boy à barbe à la Beigbeder – de Grégoire Monsaingeon, les délirium tremens récurrents sur la scène, les costumes, les affichages, les effets de transparence…Tout fait papier glacé et davantage encore Cécile de France qui, dans son rôle de sainte-nitouche qui va se réveiller, cabotine d’un bout à l’autre du spectacle. De surcroît, on arguera que faire chanter les actrices est une tendance souvent à déplorer : la plupart des mots s’étranglent et se hissent en notes suraiguës – peu seyantes au tympan- hors de la glotte de Mme de France. Alors, bon….oui, c’est un spectacle frais,coloré, souvent drôle et sans grande ambition intellectuelle, qui laisse donc les salles globalement satisfaites…Un spectacle où l’on prend plaisir à entendre les refrains du grand Serge et où l’on apprécie l’esthétique de certaines scènes mais les applaudissements et acclamations – pour la vedette !- que l’on a pu entendre résonner à la fin de la représentation ont peu de chance d’atteindre la postérité de l’album éponyme…

D’après le film ANNA ( réalisation et scénario : Pierre Koralnik avec la collaboration de Jean-Loup Dabadie)
Paroles et musique : Serge Gainsbourg
Adaptation et mise en scène : Emmanuel Daumas
Chorégraphie: Pierre Rigal
Scénographie: Saskia Louwaard et Katrijn Baeten
Lumière : 
Bruno Marsol
Costumes: Alexia Crisp-Jones
Vidéo : Romain Tanguy
Graphismes et images animées : Mrzyk & Moriceau (avec Mathematic)
avec Cécile de France, Gaël Leveugle, Grégoire Monsaingeon, Florence Pelly, Crystal Shepherd-Cross….

Crédit-photo: DR

Dates de représentation:

– Les 21 et 22 janvier 2014 à la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau

A lire aussi:

Sophonisbe : l’impossible conciliation entre l’Amour et les intérêts de Rome

Le banquet d’Auteuil ou du badinage entre jeunes et grands hommes

Résumons-nous : les chroniques loufoques d’Alexandre Vialatte servies sur un plateau

The Notes : l’Ecossaise aux ratés jubilatoires

L’attentat : l’adaptation théâtrale de la Cie Humani Théâtre

Denis Lavant incarne les errances de Céline: une performance complexe mais remarquable

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à