fbpx

Pierre Le-Tan : l’autre monde du silence

par

Par Pascal Baronheid – bscnews.fr/ « Dès l’enfance, mon père m’emmenait aussi bien dans les musées que chez les antiquaires. Comment ne pouvais-je pas alors devenir à mon tour un collectionneur insatiable ? /…/ J’ai possédé, je peux le dire, des milliers d’objets. Même si aujourd’hui la plupart ne sont plus que des souvenirs, je continue à chercher, à trouver, à acquérir. L’acquisition étant, pour une raison mystérieuse, l’acte le plus important, comme celui d’un joueur qui lance un dé. Illustrateur à l’aura nimbée d’étrangeté. »

Fils du peintre Le-Pho, Pierre Le-Tan a déployé ses talents dans divers domaines. D’abord dessinateur de couvertures du New Yorker et d’autres magazines, il brille dans la conception de décors, de meubles, de publicités, de livres. Qui cherche trouve, dit-on, comme pour encourager le collectionneur invétéré à ne jamais renoncer. Mais qui trouve finit-il par se trouver ? Et si, à travers ces histoires de collectionneurs dont la rencontre l’a impressionné, Le-Tan cherchait la sortie du labyrinthe ? A moins qu’il ne s’ingénie à tourner autour du pot, hanté par cette réflexion de Blanchot : « la réponse est le malheur de la question ». On le sait, Pierre Le-Tan a donné la réplique à Patrick Modiano. On s’étonnera peu que l’atmosphère et certains éléments de ces pages participent d’un envoûtant jeu de miroirs.

« Quelques collectionneurs », Pierre Le-Tan, Flammarion, 20 €

Exposition des dessins du livre à la galerie Saint Honoré Art Consulting, jusqu’au 20 décembre 2013 – nicolasschwed@yahoo.fr

A lire aussi:

La mémoire du monde : un vertigineux voyage dans le temps

Louise Erdrich : Un roman dans le sillon fécond des origines et de la maturité

Cécile Coulon : une certaine idée du totalitarisme de masse

Au péché mignon : Ces femmes qui goûtent à l’excès

Les écrivains gay en Amérique : l’émergence de la vague rose

Sur la route again : les fulgurances de Kerouac

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à