fbpx

Libertin : Une interjection qui prête aujourd’hui à sourire

par
Partagez l'article !

Par Marc-Emile Baronheid – bscnews.fr / « Libertin ! » : de nos jours, l’interjection prête à sourire. Elle évoque une pratique à la page, sofitellement agréable, socialement valorisante pour certains, voire politiquement correcte.

Partagez l'article !

Ce ne fut pas toujours le cas. Giordano Bruno, Descartes, Spinoza subirent ce qui était alors une invective. Parmi ceux qui stigmatisaient ainsi l’hétérodoxie d’un adversaire : Calvin, Pascal, Leibnitz. L’épicurisme et la pensée libre figuraient au catalogue de l’opprobre. Un ouvrage pointu et fouillé retrace les méandres, les éclats, l’âge d’or, à une époque où elle déchaînait les âmes vertueuses et prétendait constiper les tempéraments, d’une manière de vivre insubmersible, pratique dans laquelle la grande Colette distinguait une curiosité allègre. On peinera à en trouver trace dans ce livre.

« Libertin ! – Usage d’une invective aux XVIe et XVIIe siècles », s.d. Thomas Berns, Anne Staquet et Monique Weis, Classiques Garnier, 34 euros

Lire aussi :

Pierre Bergougnioux : les vices originels de l’écriture

Pierre Drachline face aux « moutons » égocentriques que nous sommes

Éducation : la vie secrète des profs

Angela Merkel : une allemande (presque) comme les autres

Karim Mokhtari : un formidable message d’espoir

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à