Laurent de Wilde - Over The Clouds

Laurent de Wilde :  » Je ne suis pas plus responsable du style de ma musique que de la forme de mon nez »

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Laurent de Wilde revient avec son nouvel album  » Over The Clouds ». Il a laissé de côté ses expériences électroniques pour nous offrir un nouvel opus avec mille reflets plaqués sur les rythmes et les mélodies où il fait bon se prélasser.

propos recueillis par

Un retour gagnant pour Laurent de Wilde qui se produira en solo à l’occasion d’un concert gratuit à Montpellier à Pierresvive le vendredi 25 octobre à 20 heures.

Laurent de Wilde, une première question, de la réussite du concours à l’ENS au Jazz, quel est le fil rouge ?
Aucun, à part celui de la passion. J’étais passionné de philosophie et de littérature, mais aussi de jazz. C’était un moment de ma vie où il a fallu choisir.

Vous avez un parcours riche en rencontres, en voyages et en collaborations musicales et littéraires de toutes sortes. Qu’est-ce qui vous a apporté et vous apporte le plus dans votre musique ?
Sans aucun doute la diversité. Plus je vieillis, plus je me dis que la première réaction face à une situation nouvelle, c’est la bonne. Une sorte de philosophe de la première prise en somme. Et toutes les occasions d’appuyer sur ce bouton sont les bonnes.

Quel rôle a joué votre installation à New York à 22 ans dans votre carrière ?
Une seconde naissance. J’avais grandi en France, dans un environnement où le jazz était très peu présent. Quelques clubs, quelques concerts (mémorables), et puis des études littéraires… À New York, j’ai tout repris à zéro. Il y avait du jazz à tous les coins de rue, c’est très stimulant.

Qu’est-ce qui vous a fait revenir au Jazz après des incursions chez l’électro, Laurent de Wilde ?
Concrètement, je n’ai arrêté de jouer et d’enregistrer du jazz acoustique qu’entre 2000 et 2005. J’ai enregistré un disque en trio en 2006, « The Present  » et à partir de là j’ai repris ma pratique du piano et du son de trio. Voici donc 7 ans que je pratique ces deux types de musique, et je crois être arrivé à un agréable équilibre.

Qu’y a-t-il au-delà des nuages ? Du Jazz ?
De la musique qui parle directement à l’âme

L’un de nos confrères ( Citizenjazz.com 19/06/2012) a parlé de « temps retrouvé » vous concernant pour cet album. Est-ce que cela définit assez bien  » Over the Clouds »?
C’était surtout les retrouvailles discographiques avec mon vieux copain Ira Coleman. Si Citizenjazz fait référence au Temps Retrouvé de Proust, je le prends comme un compliment, car c’est la clé de voûte de son oeuvre, dans laquelle il unifie toute la Recherche du Temps Perdu. Je me demande si ce n’est pas un peu excessif…

Quelle est l’alchimie magique pour donner à cet album ce parfait équilibre entre le rythme et l’élégance ?
Je ne pose pas la question en ces termes. En studio (et les séances furent fort mouvementées), j’essaie juste d’atteindre un certain degré de liberté à l’intérieur de la contrainte que j’ai créée dans le répertoire. Ça dépend de beaucoup de facteurs très prosaïques, il faut essayer de penser à tout et de laisser filer au bon moment…

Est-ce que « l’harmonie entre le rythme et l’élégance » pourrait être l’une des définitions de votre style ?
J’aime beaucoup, mais je suis le dernier placé pour avoir un regard objectif sur mon travail. Je n’ai pas l’impression d’être plus responsable du style de ma musique que de la forme de mon nez.

Si vous deviez définir cet album en deux mots, quels seraient-ils ?
Pour les raisons énoncées ci-dessus, je préfère demander un joker.

/>Qu’est ce que vous aimez dans la formation du trio, Laurent de Wilde ?
La proximité. L’énergie circule en abondance, et comme dans un triangle, chaque coin touche les deux autres. Pour moi, c’est une formation qui a des pouvoirs magiques.

Le 25 octobre, vous venez jouer à Montpellier au sein de PierresVives en solo. Comment appréhendez-vous cette façon de jouer après la sortie de l’album ?
Comme un exercice totalement différent poursuivant le même but : faire chanter la musique et voyager mes auditeurs…

Suite à ce concert, où pourra-t-on vous retrouver sur scène ?
A Nice, le 29 novembre, Aubervilliers le 6 décembre avec le trio, le 20 décembre au Mucem de Marseille avec mon projet piano-ordi vidéo, FLY, et puis avec le merveilleux trompettiste Alex Tassel à Vannes, les 15 et 16 novembre, à Angers le 18 décembre, au Mans le 19…

Pour terminer, une question plus littéraire, avez-vous en tête une autre idée de biographie après celle parue en 1995 sur Thelonious Monk ?
Je suis en train de travailler sur un livre qui va parler des inventeurs de claviers du XXème siècle. Ce n’est pas une biographie, mais plutôt une série de portraits de ces grands hommes obsédés par le son, Moog, Rhodes, Hammond et beaucoup d’autres qui ont façonné la musique telle qu’on l’entend aujourd’hui.

Laurent de Wilde sera en concert le vendredi 25 octobre 2013 à 20h
Qui : Tout public. Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Lieu : pierresvives la Cité des savoirs et du sport pour tous, 907 avenue du Pr Blayac à Montpellier.
GRATUIT. Plus d’infos : pierresvives.herault.fr T.04 67 67 30 00

> Laurent de Wilde  » Over the clouds  » avec Ira Coleman et Clarence Penn ( Gazebo – L’autre distribution)

> Le site de Laurent De WIlde

( Laurent de WIlde – Crédit photo Sylvain Gripoix)

À lire aussi :

Bojan Z : un jazz à la confluence de la passion et des influences

Sarah Letor : la comète belge de la scène jazz

Youn Sun Nah : l’exigence du talent

Paolo Fresu : le trompettiste sarde qui célèbre le Jazz

Laura Littardi : Un Jazz loin des codes

Reith-Demuth-Wiltgen : Le trio Jazz qui fait recette

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à