fbpx

Cyclisme : la santé de fer de la Petite Reine

par

Par Pascal Baronheid- bscnews.fr/ En dépit des mauvais sujets qui le déshonorent avec la bénédiction de leurs souteneurs, le sport cycliste affiche une santé insolente et enthousiasme les foules des cinq continents. Le vélo est au sport ce que Jeanne Calment fut à la spéculation notariale : une oriflamme obsédante…

Le Blondin de Jaligny
Si vous n’avez jamais fait le pèlerinage de Jaligny-sur-Besbre, inutile de vous réclamer de la grande famille cycliste. Pas de grotte miraculeuse, mais un comptoir où les apparitions moussues sont si nombreuses que même Dieu finit par ne plus y reconnaître les siens. Bernadette Soubirous porte la moustache – certes pas en guidon de vélo – arbore des mollets velus et ne se fait pas prier pour s’échapper en danseuse. Le 20 août 1968, elle prend part aux premières Boucles de la Besbre avec quatre autres acolytes portés sur la chopine. Tous arborent un marcel peinturluré artisanalement. Les échappées sont interdites, le vainqueur connu d’avance et les arrêts bistrots obligatoires. Par crainte d’excommunication, ladite Bernadette se fait appeler René Fallet. C’est aussi le nom d’un écrivain truculent, talentueux, espiègle, déshydraté, qui signe entre autres « Le Vélo », hymne à sainte Bécane, agrémenté de textes donnés çà et là, mais dont la cohérence ne se discute pas. Fallet, c’est un Blondin qui passe à l’acte. Ses pages sont hautes en couleurs, désopilantes parfois, ferventes toujours, simplement marquées du sceau du talent. Offrez-les à qui vous aimez ; une bible bachique, ça ne se refuse pas.

Gloire et misère de la plus grande course au monde
Le Tour de France est né en 1903, mais il a 100 ans. Il doit une part de sa notoriété aux congés payés ; l’autre aux exploits, scandales, coups d’éclat, tragédies qui ont fait sa légende. Quatre passionnés, spécialistes de haut vol, racontent les moments forts de la Grande Boucle, à partir de 100 photos emblématiques, puisées dans les archives de l’Agence France Presse. Evoquant le besoin d’énergie des Forçats de la route, Jean-Marie Leblanc note que, en 1930, « la diététique n’a pas encore fait son apparition ». Angélisme ou langue de bois ? Le « diététicien » de L. Armstrong doit apprécier. « Voeckler à l’eau claire » aussi. C’est parfois une histoire de couples à la gainsbarre, adeptes du « je t’aime, moi non plus » : Coppi-Bartali, Anquetil-Poulidor, Pédaleur de charme-Grand Fusil. Car on reconnaît le champion au surnom que lui a donné la presse : le Vieux Gaulois, l’homme au masque de frère, le Blaireau, le Cannibale. Les journalistes sont parfois des arroseurs arrosés, témoin Paulo la Science. La légende, l’épopée n’ont jamais manqué le rendez-vous de juillet avec les Français, les Belges, les Hollandais, puis tous les autres, venus grossir la procession la plus populaire qui soit. On y adore, on y brûle, on y croit. On y revient.

La relève du rêve
Eric est un petit garçon passionné de vélo. C’est pour lui un grand jour : une course cycliste arrive dans la ville voisine, où habite sa copine Emilie, charriant quantité de maillots multicolores, acclamés par des centaines de spectateurs qui agitent des drapeaux. Vite, il ne doit pas être en retard ! Il enfourche son vélo, puis rattrape 1, 2 3 et encore d’autres coureurs en difficulté et s’arrête pour leur porter secours. A ce compte-là, pas sûr qu’il rejoigne à temps Emilie et son panier de pique-nique, au terme de cette course à vélo pas comme les autres … Waters, l’auteur, dessine pour la presse britannique et française (Paris Match). Son trait, son humour, son charme et sa fantaisie évoquent irrésistiblement le talent de Sempé. C’est le premier album pour enfants de ce Londonien qui avoue posséder 9 vélos. Chaque amateur l’emportera dans sa musette, pour occuper agréablement le temps, en attendant que la caravane passe.

> « Le Vélo », René Fallet, Denoël, 9.90 €
> « Le Tour, 10 images, 100 histoires », Eric Fottorino, Jean-Marie Leblanc, Jean-Paul Olivier, Bernard Thévenet, AFP/Denoël, 26,80 €
> « Le grand jour d’Eric », Rod Waters, Sarbacane, 14,90 €

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à