fbpx

Mon cul sur la commode : E=MC2 mon humour

par

Par Pascal Baronheid – bscnews.fr / « Le coup de sonnette tomba à deux heures précises. Ophélie n’avait jamais eu d’amant dont la montre marchât aussi bien. Il était toujours à l’heure.

Quand elle appartenait à René, avant que celui-ci la donnât à Sir Stephen pour lui prouver qu’il l’aimait, elle, Ophélie, et avant qu’Ophélie acceptât d’être donnée à Sir Stephen pour prouver qu’elle l’aimait, lui, René, avant cela, donc, qui paraissait si loin, parce que maintenant c’était Sir Stephen d’Ophélie aimait, et la preuve en était qu’elle était prête à accepter qu’il fît cadeau d’elle à n’importe quel homme à qui il lui conviendrait de la donner, avant cela Ophélie était toujours en retard dans ses rendez-vous d’amour, jamais dans ses rendez-vous d’affaires, et depuis qu’elle appartenait à Sir Stephen elle était toujours en avance à ses rendez-vous d’amour, et en retard à ses rendez-vous d’affaires ». Pour amateur de contorsions, notamment intellectuelles, un pastiche dû à l’actuel collaborateur-moralisateur du Nouvel Observateur.

« Mon cul sur la commode suivi de Retour à Passy », Delfeil de Ton, Wombat, 15 €

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à