Phia Ménard : « nous n’inventons rien, nous le voyons différemment »

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/Crédit-photo : JL Beaujaut – dessin Arnaud Taeron /Après avoir suivi des formations en danse contemporaine, en mime , en théâtre et en jonglerie , dès 1994, Phia Ménard étudie auprès de Jérôme Thomas et intègre la compagnie de ce dernier lors de la création Hic Hoc. En 1998, elle fonde la Compagnie Non Nova et se fait ensuite connaître comme auteur. Lorsqu’elle est « artiste associée » à la Scène Nationale Le Carré à Château-Gontier, elle remet en question l’image spectaculaire de la jonglerie pour mettre en place une nouvelle relation avec le public au travers de plusieurs créations.

propos recueillis par

En 2008, elle commence un projet d’exploration artistique autour de la transformation de la matière manipulée, nommé I.C.E. Après avoir travaillé sur la glace avec le spectacle P.P.P – qui l’amènera à tourner en Europe et en Amérique du Sud – et Black Monodie ,créé avec le poète Anne-James Chaton, elle a imaginé ensuite deux projets axés sur l’exploration de l’air: L’Après-midi d’un foehn et Vortex. Le premier est une chorégraphie pour marionnettistes tandis que Vortex nous donne à voir une créature étrange qui se métamorphose lentement sous nos yeux ,entourée de vingt-quatre ventilateurs. Rencontre avec une artiste dont la compagnie a pour credo aussi enthousiasmant que poétique  » Nous n’inventons rien, nous le voyons différemment » et dont nous vous souhaitons vivement de découvrir l’univers singulier…

Pourriez-vous , en introduction, nous parler de votre projet d’exploration artistique nommée ICE?
L’après-midi d’un Foehn et Vortex sont deux pièces d’une trilogie sur l’air et sa transformation qui font partie d’un projet global que j’ai lancé en 2008 et que j’ai nommé ICE ( Injonglabilité Complémentaire des Eléments) et qui constitue pour moi la question très simple de l’étude de notre transformation, de notre érosion, de nos changements physiques et d’humeur en relation avec les éléments qui nous sont quotidiens: l’air, l’eau, la terre….tout ce qui est du patrimoine commun. C’est le deuxième volet de cette réflexion, après avoir étudié la glace sur des projets qui se nommaient P.P.P et Black Monodie avec Anne-James Chaton. Dans ce volet sur le vent, j’étudie notre érosion de deux manières: L’après-midi d’un foehn est une allégorie de la transformation puisque le temps fait envoler des sacs -plastique qui sont transformés et deviennent des danseuses , c’est un ballet chorégraphique sur la musique de Claude Debussy ; et puis Vortex, dans lequel l’air fait le jeu du striptease ; il va arracher les vêtements et les carapaces et laisser découvrir quelqu’un qui apparaît de façon très différente à chaque dépouillement nouveau.

L’après-midi d’un foehn est une pièce chorégraphique pour marionnettistes : comment s’est porté votre choix pour les artistes qui l’interprètent?
Ils sont deux qui travaillent par intermittence : j’ai fait un choix très symbolique puisqu’il y a un homme et une femme. Je suis partie de l’idée de déposséder l’artiste de son savoir : le marionnettiste est quelqu’un qui manipule des objets qu’il rend vivant et là, justement, avec le vent, il est dépossédé puisque les objets volent seuls; il y a une distance très intéressante puisque le désir du marionnettiste de vouloir contrôler est contrecarré par le fait que ces sacs plastiques soient autonomes et vivants ,seuls.

C’est une pièce à destination du jeune public uniquement?
Je pense que c’est une pièce pour tous publics; je ne l’ai pas destiné au départ aux enfants , comme je ne destine jamais mes créations à un public établi; je suis plutôt dans la question de « qu’est-ce qui pourrait toucher les spectateurs du plus jeune au plus vieux? ». Ce spectacle est joué autant pour les publics scolaires que pour les adultes…et à chaque représentation, quand j’observe les spectateurs, je les découvre , adultes et enfants, sur le même pied d’égalité qui se laissent emporter par les « virevoltements » de cette matière.

Dans Vortex, vous êtes seule sur scène et le spectacle fait appel à plusieurs arts vivants ; jongleuse de formation, à quelles autres disciplines sont présentes également dans ce spectacle?
Je resterai jongleuse jusqu’à la fin de mes jours; j’ai rencontré cet art à mes 18 ans. Est-ce que je fais de la danse, du théâtre, de la performance dans Vortex? En fait, j’utilise ce qui me semble nécessaire pour pouvoir m’exprimer ; un élément important est que ,dans la compagnie Non Nova, nous ne voulons pas montrer quelque chose mais faire vivre quelque chose. Ce faire vivre quelque chose , qui est du domaine du théâtre vivant, passe par le fait de ne pas se conformer à des frontières ou des limites . L’idée est que nous devons emmener le spectateur en passant par certains endroits. Et, en effet, dans Vortex, on a autant une démarche d’arts plastiques avec ce qui passe par les matières, mais également des manipulations de type jonglerie quand il faut maîtriser la trajectoire, les gestes, le rythme; il y a également de la chorégraphie puisque je suis seule sur une piste dans une notion très circassienne , c’est à dire un espace où l’on ne peut pas sortir et où quelque chose se passe. Je crois que c’est presque un laboratoire de chirurgie où l’on dissèque l’image d’un être humain, de ses métamorphoses et de ce que pourrait être, finalement notre constitution.

Dans quelles sources d’inspiration avez-vous puisé?
Il est toujours difficile de dire quelles sont nos sources d’inspiration ; elles sont tellement multiples! Je vis dans la société comme tout le monde, j’ai mes lectures et mes références cinématographiques..alors bien sûr, dans Vortex, on pourrait dire que j’ai été inspirée, par exemple, par les métamorphoses d’ Ovide; je pense aussi à un ouvrage scientifique de Theodor Schwenk intitulé Le chaos sensible. Mais, tout simplement aussi, je m’inspire de ce que je vois autour de moi, les matières plastiques , la pollution, mon observation des hommes et la question des carapaces qui posent la question d »à quel moment sommes-nous vraiment sincères dans ce que nous sommes? ». Peut-être que mon expérience personnelle est une source d’inspiration également mais je crois que c’est une influence minime en ce qui concerne cette création; Oui, mon inspiration vient d’un ensemble d’observations du monde et du comment nous vivons.

On a pu lire que vous vous adressez à la mémoire tactile du spectateur : un enjeu ambitieux , non? Comment réveiller la mémoire tactile du spectateur?
C’est la base de mon travail et ce qui m’interroge de plus en plus. Je me pose toujours la question de « qu’est-ce qui fait qu’un spectateur vient voir un spectacle?, qu’est-ce qui les pousse à acheter un billet et venir au théâtre, hormis sa curiosité de voir ou de vivre quelque chose? ». Comme j’ai envie qu’il se souvienne et qu’il ait une trace en lui du spectacle, j’essaie de ne pas travailler sur son intellect mais plutôt ses sensations.Le tactile est une sensation très importante. Un exemple: lorsque j’ai créé P.P.P , je me suis rendue compte qu’en choisissant la glace, une matière qui fond, qui casse, je savais que les spectateurs avaient déjà leur propre relation à cette matière, sa beauté, son froid ; et moi j’ai réuni tous ces éléments-là. Ainsi, dans P.P.P, je suis en culotte et soutien-gorges et je m’immerge dans une baignoire remplie de glace et je sais pertinemment qu’à ce moment-là, je vais entendre les spectateurs émettre un bruit de réaction « grrrzzzz » et donc finalement ressentir au travers de leur corps le froid. C’est cette mémoire du corps à laquelle je fais appel car ils savent ce que c’est que de s’allonger dans le froid. Mon travail est de transposer sans arrêt cette question-là.

Vortex évoque également, vous l’avez dit, la question de la pollution et du recyclage des déchets : est-ce que vous essayez également consciemment de faire réfléchir les gens sur cette question?
Je suis écologiste dans mon regard du monde. Je ne cherche pas à faire passer des messages mais je sais que mes actes font passer des messages. Dans Vortex et dans L’après-midi d’un foehn , je travaille avec des matières plastiques donc la société du pétrole dans laquelle nous vivons depuis plusieurs décennies et je sais pertinemment par expérience maintenant que cette pièce interroge notre regard sur cette matière. Et notamment dans L’après-midi d’un foehn, il y a souvent des réactions d’enfants ou d’enseignants qui disent  » c’est étonnant, on n’avait pas vu la matière plastique comme ça » ; effectivement, si nous regardons cette matière plastique polluante autrement, peut-être la verrons-nous différemment, peut-être aurons-nous aussi un autre regard sur son potentiel et, finalement , sur ses dangers. Puisqu’on considère que c’est un déchet et qu’on ne fait rien pour le détruire , si on le regarde mieux et qu’on se dit que « tiens, c’est un objet assez beau », on se dira  » allez je ne vais pas le jeter » et on en fabriquera un de moins. C’est encore peut-être un peu utopique comme idée mais enfin, on peut espérer aussi qu’au fur et à mesure, on verra les choses bouger.

La presse, à propos de ce spectacle, est élogieuse mais insiste sur le côté sombre de Vortex; le voyez-vous ainsi? En effet, en vous écoutant, on pense à quelque chose de plus lumineux qui dirait : « faisons de la poésie avec ce qui nous entoure ».
Beaucoup de critiques, bienveillantes par ailleurs, ont parlé de ce côté sombre. Je ne crois pas que ce soit sombre; je crois juste qu’à partir du moment où l’on fait une introspection de l’être humain, cela pose des questions qui ne sont jamais très simples. Alors, bien sûr, l’espace, la manière dont j’évolue sur scène avec ces carapaces qui s’arrachent , on peut en voir le côté souffrance et en même temps, à chaque fois, c’est une libération puisque chaque couche qui s’enlève laisse un peu plus de place à une forme d’humanité. Les critiques renvoient peut-être aussi l’état de l’être humain sur son introspection et sur sa non-volonté de se questionner sur des choses qui sont très simples, c’est à dire comment nous évoluons depuis le sortir du ventre de notre mère, comment nous nous sommes conformés à la société et comment nous nous adaptons pour vivre ensemble. Alors peut-être que ça nous montre un peu le côté sombre ….devant peut-être notre absence de décision.

Tournée 2013

Sortie Ouest – Béziers (34) : jeudi 11 et vendredi 12 avril
– Bonlieu Scène Nationale – Annecy (74) : mardi 16 au jeudi 18 avril
Théâtre Am Stram Gram – Genève – Suisse : lundi 22 au dimanche 28 avril
– Equinoxe, Scène Nationale de Châteauroux (36) : jeudi 2 au lundi 6 mai
– Théâtre d’Orléans, Scène Nationale (45) : du jeudi 16 au samedi 18 mai
– Théâtre Monfort – Paris (75) : du mardi 21 mai au samedi 8 juin
– Le 104 – Paris (75) : du mardi 11 au samedi 15 juin
– Opéra Théâtre de Saint-Etienne (42) : du mardi 18 au jeudi 20 juin
– La Criée, Théâtre National de Marseille (13) : du mardi 25 au jeudi 27 juin

En 2014:

– Du 17 au 21 mars à la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau ( 34)

En 2015:

– Du 3 au février au Bateau-Feu ( Dunkerque)

A voir aussi:

Marie Molliens : Morsure , une invitation circassienne à un instant d’irréversible

Les 7 doigts de la main: une compagnie circassienne canadienne incontournable

La compagnie Galapiat: mais jusqu’où vont-ils aller?

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à