Une quête culturelle aussi passionnante que frustrante

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Au retour du Festival International de la Bande dessinée de la ville d’Angoulême, il y a toujours cette impression multicolore, artistique et chamarrée qui prédomine tant la concentration de talents et de nouveautés y est importante.

Cette année encore, la réputation du festival n’a pas failli. Le plaisir est à son comble lorsqu’il s’agit de flâner de table en table pour dénicher ce qui fera votre bonheur. On suit la courbe rectiligne des stands, on s’arrête là en s’avançant vers la pile posée là, on ouvre un album, on ferme celui-là, on en feuillette un autre et on tombe amoureux du quatrième. Tantôt on échange avec l’auteur, tantôt avec l’éditeur qui semble avoir la moitié de votre âge ou bien le double mais vous accroche toujours avec une passion débordante de la bulle. Peu importe que le stand soit grand, petit, long, ramassé voire raplot, on est à Angoulême et on prend le temps de butiner, de découvrir et de fouiner. Tout autour, un puissant bourdonnement de gens qui se régalent, qui commentent et qui s’interpellent de table en table. Ici, on parle toutes les langues et on se comprend avec la même : celle de la BD. Vous voici plongé dans le coeur battant de la Bande Dessinée. Puis il est déjà l’heure et vous vous faufilez prudemment pour rejoindre l’amphithéâtre où se déroule dans quelques minutes la rencontre dessinée. Cependant, elle se tient à l’opposé de là où vous êtes. Le plaisir est partout à Angoulême mais le temps n’est pas extensible. Une fois arrivé sur place, une foule se presse face à l’entrée et vous tentez d’estimer la capacité d’accueil de l’endroit pour savoir si vous aussi, vous aurez une chance de participer à l’événément tout en gardant à l’esprit que l’exposition d’Andreas fait partie de vos priorités ou encore celle d’Uderzo in Extenso. En fait, participer au Festival de la Bande dessinée Angoulême est une merveilleuse quête culturelle qui vous enchante autant qu’elle vous frustre de ne pas être permanente. Pour ce 55ème numéro du BSC NEWS MAGAZINE, nous avons ramené de belles choses d’Angoulême que nous avons pris soin d’associer à une très dense sélection culturelle – littéraire, musicale et illustrative – qui, nous l’espérons, vous ravira.

> Cliquez ici pour lire le BSC NEWS MAGAZINE de février

A lire aussi :

Lecture : les bons conseils de Fabrice Luchini pour commencer l’année

Lecture : une étude inquiétante au pied du sapin

Le livre n’est rien sans la lecture

Culture : une profession de foi culturelle

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à