fbpx

Le cabaret des vanités: la mort vous va si mal

par

Par Julie Cadilhacbscnews.fr/©Elisabeth Carecchio/  Voilà un spectacle de bien peu d’intérêt. Le public était pourtant venu en nombre, sans doute attiré par le visuel accrocheur du spectacle qui promettait bien mieux. Comment résumer une pièce sans queue ni tête?

le groupe Incognito inonde le plateau de rideaux pailletés de rouge, de ballons, de filles en sous-vêtements vulgaires et de chanteurs dont le talent des cordes vocales est tout relatif. Résultat? en voulant trop en faire, ce collectif de comédiens et de musiciens répand rapidement dans le public un sentiment d’ennui profond. Sous prétexte d’une mise en scène contemporaine comme on les déteste, fourre-tout d’effets de groupe, d’empilements de décors et de delirium à gogo – haut-lieu où s’exprime la vanité de la mise en scène!-  ce Cabaret  ne nous apprend rien. La mort n’est qu’un prétexte dont on utilise abusivement des clichés ( cérémonies funèbres, crânes, fleurs, parapluies, effets diaboliques…). On déplore surtout la propension à se vautrer dans les effets faciles. Le texte est plat, les effets comiques souvent grossiers et l’utilisation de spectateurs sur le plateau est horripilante tant elle est mal préparée.Vous l’aurez compris, on n’a pas passé un bon moment! il est bon parfois de rappeler que lorsqu’on a la chance d’être sous les feux de la rampe, on soigne son propos et on n’empile pas pêle-mêle des jeux d’expérimentation de théâtreux. Disserter sur la mort, ses angoisses et ses pied de nez demande une certaine finesse, une capacité élégante à l’humour noir et à la distanciation qui était absente de ce cabaret qui non, assurément, ne nous a pas beaucoup évoqué les subtilités médiévales à propos de la fugacité de la vie et de l’inutilité des biens terrestres!

 

Titre: Le cabaret des vanités

Groupe Incognito

Scénographie: Jane Joyet

Avec Sandra Choquet, Olivia Côte, Philippe Frécon, Jean Baptiste Verquin, Hélène Viaux, Clément Victor.

 

Au Théâtre Jean Vilar ( Montpellier) les 1 et 2 décembre 2011

Au Théâtre de la liberté ( Toulon) le 21 février 2012

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à