fbpx

Exposition Gallimard : Au coeur de la littérature

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr / Jusqu’au 27 novembre 2011, les éditions Gallimard présentent à la Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris une exposition intitulée « Portraits pour un siècle, d’un écrivain l’autre », hommage aux auteurs qui ont publié et publient depuis un siècle tout rond dans la maison prestigieuse.

Dirigées d’abord sous le nom de Nouvelle Revue Française, par Gaston Gallimard en 1911 sur la demande de ses créateurs, André Gide et Jean Schlumberger, elles inaugurent leur première collection dite « blanche » la même année. Cette collection compte à ce jour environ 6500 titres parus, 1800 auteurs dont la meilleure vente reste celle de Belle du Seigneur d’Albert Cohen (515 000 exemplaires). C’est Antoine Gallimard qui est aujourd’hui à leur tête avec plus de quarante collections. Les Editions Gallimard ont l’honneur d’avoir éditées plus de trente prix Goncourt, autant de prix Nobels de la littérature et une dizaine récompensée du prix Pulitzer. L’exposition  » Portraits pour un siècle » de la rue Malher enchantera tous les passionnés de littérature car elle offre non seulement l’émotion unique de circuler au milieu de visages emblématiques de l’Histoire de notre littérature ( Marcel Proust, André Malraux, André Gide, Raymond Queneau, Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras…) mais également le loisir de (re)découvrir la calligraphie de ces auteurs tant aimés, de sourire à leurs caprices de publication, à leurs remerciements et à leurs indignations où se manifestent l’égo de ces grands hommes ( et femmes!) de lettres. Penchés sur les présentoirs vitrés, les visiteurs peuvent s’amuser à déchiffrer les lettres originales et jouissent de ces manuscrits qu’ont gribouillé les plumes sacrées des âmes les plus inspirées du vingtième siècle. Puis on lève la tête et sur les murs, on prend le temps de s’arrêter sur une expression ou une posture, on  s’émeut d’un regard  et il faut féliciter les clichés photographiques affichés  qui ont assurément une valeur historique exceptionnelle. En sortant de cette balade au coeur de la Littérature, on est pris d’une frénésie de lecture. On s’exalte sur la valeur de cet héritage classique dont la pérennité est une garantie de valeur. Et puisque Patrick Modiano, Romain Gary et Simone de Beauvoir nous offrent ici leur présence solennelle, on citera au hasard quelques mots de celle qui fit tant pour les femmes et leur émancipation, celui qui fut récompensé deux fois du Prix Goncourt mais pas sous le même nom, et celui que l’on appelle l’archéologue de la mémoire en quête d’identité.
« Il n’est que trop facile de prouver que la tolérance conduit parfois tout droit à l’intolérable et que sur ce chemin-là on est trop souvent mené par le bout du nez ». Romain Gary (Les cerfs-volants)

« Un jour, les aînés ne sont plus là.Et il faut malheureusement se résoudre à vivre avec ses contemporains ». Patrick Modiano. (Vestiaire de l’enfance-1991)
– 1980)
« On ne naît pas femme: on le devient » Simone de Beauvoir (Le deuxième sexe-1949)

« Toute réussite déguise une abdication » Simone de Beauvoir ( Mémoires d’une jeune fille rangée -1958)

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à