fbpx

Heliotrope : une maison férocement littéraire made in Québec

Par Aline Apostolska – Montréal – bscnews.fr / Parmi les nouvelles maisons d’éditions qui ont été créées ces dernières années au Québec (nous avions d’ailleurs publié ce printemps l’entrevue d’Antoine Tanguay des éditions Alto – ici) les éditions Héliotrope s’est distinguée par la parution d’auteurs et de titres singuliers, plébiscités par le public comme par les médias. Au moment où la maison fête son cinquième anniversaire, Florence Noyer et Olga Duhamel, directrices de la maison, répondent aux questions d’Aline Apostolska, notre correspondante à Montréal.

propos recueillis par

 

C’est joli Héliotrope. Comment avez-vous choisi ce nom ?
Olga Duhamel et Florence Noyer : Il y a dans ce nom un lien fort au soleil, à la fois dangereux et vital. Et puis la nécessité de trouver un nom, dans la mesure où Florence Noyer, qui a dans un premier temps fondé seule la maison, ne souhaitait pas nommer cette maison à partir de son nom. Ça aurait pu être à partir de ses initiales, sur le modèle de P.O.L. dont nous aimons beaucoup le travail, mais le moins qu’on puisse dire, c’est que F.N. était problématique.

Votre maison d’édition Héliotrope fête ses cinq ans. Sur quelles bases éditoriales l’avez-vous créée ?
Nous avons toujours pris la littérature très au sérieux et nous voulions accueillir des textes écrits dans ce que Proust appelle « une sorte de langue étrangère ». On se voyait comme des genres d’extrémistes de la littérature voulant occuper le centre. Publier des textes exigeants et travailler à en faire des best-sellers. Le meilleur des deux mondes.
Extrémistes littéraires, mais pas totalitaires… Et encore moins scouts. Nous ne rêvions pas au départ que nos auteurs communient. Nous ne rêvions pas non plus que nos auteurs aiment les textes les uns des autres. Ou même qu’il y ait des points communs de style entre les romans que nous publions. Nous n’avons jamais rêvé de façonner une couleur Héliotrope. Et nous aimons aimer des choses très différentes et les mettre ensemble.
En partie pour cette raison, nous publions aussi de l’essai, même si cela ne concerne qu’un ou deux titres par année. Avec par exemple la série Bienvenue au Québec qui revisite les icônes les plus pop de la Belle Province dont aucun livre n’avait fait l’histoire culturelle jusqu’à présent : motels, dépanneurs, etc. Ce sont des livres couleurs dans lesquels la photographie est à part égale avec les textes. Nous accompagnons de plus des essais plutôt courts sur des sujets qui nous intéressent, nous venons ainsi de publier un abécédaire sur le sida, à l’occasion des trente ans de la maladie.

Êtes-vous demeurées sur ces bases ? Comment la maison a-t-elle évolué en cinq ans ?
Nous souhaitions dès le départ monter une structure éditoriale ayant pour axe principal la littérature, mais pouvant aussi accueillir de l’essai, illustré ou non. Dans la cohabitation de la littérature avec un grand L et des sujets d’actualité avec un petit a de l’oxygène nous semblait pouvoir venir. Dans l’ensemble, oui, nous sommes restées sur ces mêmes bases, bien qu’année après année les séries se précisent, se dessinent, à mesure que les livres paraissent, puisque ce sont ces derniers qui en définitive façonnent véritablement la maison, par-delà nos intentions premières. Et c’est tant mieux.

Qu’est-ce qui en vos termes spécifie Héliotrope dans le paysage éditorial québécois ?
Un rapport fort à la photographie, à l’image, et un grand intérêt pour les possibilités du Web, ce qui est rarement le cas des maisons férocement littéraire comme la nôtre. Un cosmopolitisme sérieux aussi qui se mêle à un ancrage québécois profond.

Quel est votre public ?
Multigénérationnel. À l’image de l’équipe. C’est pour nous une qualité. Que les générations soient mélangées permet à notre avis un dynamisme que l’homogénéité des âges empêche. Notre public est aussi plutôt urbain, ce qui, en revanche, n’est pas une qualité pour nous. Nous aimerions nous déplacer beaucoup plus en région, rencontrer les gens, les libraires et les lecteurs, mais il est vrai que jusqu’à présent, étant donné nos faibles effectifs, nous sommes souvent restés dans notre fief. Ce qui devrait changer dans les prochaines années.

Quels sont vos auteurs, vos titres phares ?
Nous sommes une très jeune maison avec une trentaine de titres au catalogue et nous avons encore le luxe de dire de tous nos titres qu’ils sont « phares ».
Il n’en demeure pas moins que Le Ciel de Bay City de Catherine Mavrikakis est jusqu’à présent le titre qui s’est le plus vendu chez nous. Il a été traduit en suédois, et paraîtra en grec et en italien. 

Êtes-vous diffusées hors Québec ? Quels sont notamment vos liens avec les éditeurs français ?
Nous avons réalisé une coédition au printemps 2011 avec les éditions Autrement pour un livre couleur intitulé Montréal la créative. Nous entretenons aussi des liens privilégiés avec Sabine Wespieser, qui a publié le Ciel de Bay City en France et dont nous publions Michèle Lesbre depuis 2009. Le Ciel de Bay City est paru en format de poche chez 10/18 cet automne. Quant au plus récent roman de Mavrikakis, Les derniers jours de Smokey Nelson, il paraîtra à l’automne 2012, toujours aux éditions Sabine Wespieser.
Nous avons aussi quelques projets à venir, ils ne sont cependant pas encore assez avancés pour en parler déjà. Bref, nos échanges avec la France sont plutôt constants et devraient s’intensifier encore dans les prochaines années.
Par ailleurs, nos livres sont disponibles en format numérique à travers le monde.

Plusieurs jeunes et dynamiques maisons se sont crées au Québec depuis une dizaine d’années. Qu’est-ce qui pour vous explique ce déploiement à ce stade de l’évolution de l’édition québécoise ?
Il y a une effervescence au Québec du côté de l’édition, on la remarque, on la voit. À quoi tient-elle? Je ne le sais pas exactement. Il est possible que les maisons vénérables de la Belle Province, dont la grande majorité n’ont pas plus de quarante ans, aient parfois eu du mal à passer le flambeau. Les raisons de cela sont parfaitement compréhensibles, hériter des structures d’édition de la révolution tranquille n’était pas un dû pour les générations nouvelles. Reste qu’il était peut-être plus aisé dans ces circonstances pour les « grands caractères », comme le disait Rimbaud, de fonder leur propre structure.

Qu’est-ce qui pour vous caractérise justement la littérature québécoise d’aujourd’hui ?
Son insubordination, son insoumission, son décalage, sa force de persuasion, sa mégalomanie, son caractère mobile aussi, parfois insaisissable. Du moins ce sont là les qualités qui caractérisent la littérature québécoise que nous aimons.

Quelles difficultés récurrentes rencontrez-vous ? Le territoire n’est-il pas trop exigu pour autant d’éditeurs et de parutions ?
Le territoire peuplé de lecteurs est beaucoup moins vaste en effet que l’immense territoire géographique du Québec. Pour autant, que les gens lisent peu n’est pas une nouveauté dans l’histoire du monde. En vérité, espérer que tout le monde lise est un rêve récent, une utopie qui a moins de deux siècles. Par ailleurs, si Héliotrope parvient à faire de la lecture de textes véritablement littéraires une activité majoritaire, croyez-moi, nous ferons breveter notre invention ! Parce que nous restons une entreprise.

Reste que, plus trivialement, nous nous gardons « de trop multiplier les livres » ainsi que le conseille le Qohéleth. L’espace médiatique et l’espace de la librairie sont saison après saison engorgés par la surproduction éditoriale de notre époque et nous avons l’impression de mieux servir nos auteurs en publiant moins de dix titres par an. Ce n’est qu’une stratégie.

Que vous souhaitez-vous pour les cinq prochaines années ?
Des textes extraordinaires comme nous avons eu la chance d’en avoir dans les cinq premières années de la maison.

 

Visitez le site des Editions Heliotrope >

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à