fbpx

Etty Hillesum : jusqu’au coeur de la persécution nazie

par

Par Emmanuelle de Boysson – bscnews.fr / Etty Hillesum (1914-1943) est décédée en novembre 1943 à Auchwitz. Grande figure de la spiritualité, elle a tenu son journal et écrit des lettres éblouissantes. Avec une liberté souveraine, elle affronte la misère humaine extrême, la sienne et celle des autres, jusqu’au cœur de la persécution nazie, sans jamais perdre sa foi en la vie « belle et bonne ».

Cet essai décrypte d’une manière inédite comment elle s’y prend pour comprendre sa souffrance, une souffrance qu’elle arrive à appréhender avec l’aide de Julius Spier, lequel lui fait découvrir la source de Dieu en elle. Etty Hillesum dévoile une vérité universelle, éprouvée à l’intersection de la souffrance et de l’amour. Grande figure spirituelle, Etty Hillesum témoigne d’une mentalité en adéquation étonnante avec notre époque. L’intérêt qu’elle rencontre, à l’image d’un Dietrich Bonhoeffer, par exemple, s’explique autant par la profondeur de son exemple que par la modernité de son expression. Marie-Hélène du Parc Locmaria est philosophe et théologienne. Après avoir collaboré avec Pierre Schaeffer, au Service recherche de l’ORTF et Guy Aznar, sociologue, elle s’est orientée vers la muséographie. Elle a soutenu une thèse de doctorat en théologie à l’Institut catholique de Toulouse.
 « Un de ces livres qui vous réveillent au cœur de votre nuit, qui vous secouent, vous décillent, vous soulèvent » écrit Didier Decoin dans sa préface.

 

 

« Tant souffrir et tant aimer » selon Etty Hillesum, de Marie-Hélène du Parc Locmaria, Editions Salvator, préface de Didier Decoin.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à