fbpx

Succube : une bande dessinée qui ne manque pas de piment

par

Par Alice – Les Agents Littéraires.fr / En 1986, les sous-sols de la propriété du Professeur Raymond sont en ébullition. Le maître des lieux, sorte de savant fou obnubilé par l’autisme de sa fille, prévoit une intervention chirurgicale pour tenter de la sortir du mutisme et lui offrir une vie plus normale. Pour l’assister sur cette opération clandestine, il compte sur l’un de ses anciens élèves, le Dr Arthur Clarke, qui semble assez interloqué de la demande. Il accepte finalement, ne se doutant pas des événements qui surviendront par la suite. Mais les lubies du professeur sont-elles uniquement scientifiques ?

2009. Lorenzo Panama apprend le suicide de l’un de ses amis. Une nouvelle surprenante, voire vraiment louche,qui le fait presque aussitôt douter de sa véracité. Le jeune détective privé décide alors d’enquêter sur cette affaire personnelle qui ne manque pas d’étrangeté. Il remonte la vie du défunt Gérard Piguelle, ses dernières heures, et rencontre une mystérieuse petite amie qui s’avère bien déroutante.

Nous assistons ainsi à deux histoires parallèles, à plus de vingt ans d’écart. Renart, l’heureux auteur, sort les crayons de ses griffes pour nous livrer une bande dessinée sur fond de polar qui flirte habilement avec le fantastique et l’ésotérique. Dès les premières pages, nous sommes happés dans les sous-sols glauques du professeur Raymond, puis dans le Paris actuel où nous suivons les pas de jeune détective Lorenzo.

Le dessin est sobre et franc, réaliste et sombre. La disposition variable des vignettes donne du rythme à cette histoire qui ne manque déjà pas de rebondissements, incitant donc le lecteur à se cramponner à la BD sans relâche. Les couleurs sont très bien choisies, et donnent une teinte de vieux film. Une ambiance pesante et angoissante s’installe crescendo, jouant avec une séduction cauchemardesque très plaisante.

Manolosanctis est une jeune maison d’édition spécialisée dans la bande dessinée qui a pour credo le mélange entre découverte de nouveaux auteurs, participation des internautes et l’édition papier. Une recette qui contente à la fois les amateurs de BD qui peuvent ainsi assouvir leur soif de découverte, et les auteurs qui recueillent divers avis sur leur travail.

Bonus : Succube, le tome 1

Succube, tome 1, de Renart, éditions Manolosanctis, 73 pages, 14,50 €.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à