fbpx

Robert Hofer :le regard attentif d’un chroniqueur assidu de la vie valaisanne

par

Par Julia Hountou – bscnews.fr / Sous le titre Incertain regard – Introspective d’un photographe de province, cet ouvrage retrace la carrière photographique de Robert Hofer (1), des années 70 jusqu’à aujourd’hui, à travers trois cent soixante-et-une images sélectionnées par le photographe lui-même. Pudique, discret tant sur son travail que sur lui-même, il accepte ici de se dévoiler avec sincérité.

Au service de la photographie de presse depuis l’âge de vingt-deux ans, Robert Hofer, figure majeure du photojournalisme valaisan, aujourd’hui âgé de cinquante-cinq ans, n’a pas son pareil pour capter le « spectacle » du Valais et jouit à ce titre d’une expérience incontestable. Son regard à la fois vif et espiègle se porte sur tout ce qui a trait à l’humain3, ses contemporains, la politique, le sport, l’art… autant de champs d’observation que son objectif a visités, scrutés avec une curiosité et un enthousiasme intacts. En trois décennies d’activité, il a créé une incomparable documentation sur la vie valaisanne. Ses milliers d’images, recueillies à travers le canton dépassent la simple valeur documentaire ; obéissant à une perspective d’ensemble, elles forment, plus encore qu’un témoignage unique, une œuvre exprimant une vision singulière.
Dans un souci de clarté et de lisibilité, l’itinéraire rétrospectif proposé dans ce livre s’organise en cinq chapitres consacrés chacun à un genre, des reportages aux variations photographiques4 en passant par le photojournalisme et l’art du portrait. Cette classification thématique associe les clichés selon leurs tonalités apparentées ; elle favorise ainsi une approche synthétique des positions de Robert Hofer et offre un éclairage inédit sur la spécificité de son regard et de ses choix. Dans le premier chapitre – Reportages, le photographe immortalise les grands événements du Valais par des récits imagés qui façonnent la mémoire collective du canton. Dans le chapitre II – Portraits, son regard se pose sur les physionomies valaisannes dont il capte l’expérience d’un vécu, l’indice d’un parcours, les marques du caractère et de la tournure d’esprit. Le chapitre III – Art constitue tant un hommage aux créateurs valaisans qui ont inspiré Robert Hofer, qu’une célébration de la création artistique dans son ensemble. A travers le chapitre IV – Presse, c’est l’histoire socio- politique, économique, industrielle et sportive… des trente dernières années en Valais qui est relatée. Enfin, dans le chapitre V – Variations, le photographe se montre observateur enjoué des détails du quotidien en focalisant sur l’animation des rues, des musées, des défilés, des stations balnéaires… La confrontation de ces problématiques permet, comme une variation sur un motif, de mettre en relief la diversité et l’originalité du traitement de chacune d’entre elles. Ces chapitres ne sont pas pour autant clos ; les frontières entre les différents thèmes ne sauraient être établies de façon formelle, rigide, en contradiction avec l’esprit même du photographe, qui prône l’ouverture, la liberté et ne refuse pas une certaine mixité des registres.
Le titre Incertain regard – Introspective d’un photographe de province choisi par Robert Hofer dit, sur un mode oscillant entre légèreté et gravité, son questionnement permanent. Comment porter un regard sur les autres ? Comment être témoin ? Comment saisir l’intensité des moments vécus ? Quelle distance adopter par rapport au sujet ? Comment rester pleinement soi-même tout en répondant à un travail de commande ? Ce sont là autant d’interrogations auxquelles il s’efforce de répondre avec honnêteté dans sa pratique quotidienne. Ce faisant, il invite le lecteur à l’accompagner dans sa quête, à s’interroger et, peut-être, à apporter ses propres réponses.
Jusqu’à aujourd’hui, Robert Hofer n’a jamais eu le loisir de se pencher sur ses photographies et de se livrer à ce travail de mémoire. Ce temps de pause privilégié lui permet de se réapproprier ses images, avec le désir de partager sa démarche réflexive et intérieure. Enfin, en se définissant comme un photographe de province, il témoigne une fois encore, non sans humour, de sa capacité à l’autodérision.Afin d’appréhender au mieux la vocation et la carrière du photographe, l’ouvrage présente, en guise de prologue, des éléments biographiques5 essentiels à la compréhension des enjeux informatifs, artistiques et humains de son œuvre.

Texte de Julia Hountou, « Robert Hofer ou le regard attentif d’un chroniqueur assidu de la vie valaisanne », extrait du catalogue Robert Hofer / Incertain regard / Introspective d’un photographe de province, Ed. du Musée de Bagnes, 2011, 223 pages, 361 photographies.
L’exposition Robert Hofer / Incertain regard / Introspective d’un photographe de province, se déroule du 02 juillet 2011 au 25 septembre 2011, au Musée de Bagnes (Le Châble, Suisse), sur le barrage de Mauvoisin (le deuxième plus grand barrage voûte du monde) et sur les hauts de Verbier (Suisse). www.museedebagnes.ch/01_musee/01_musee.html

1 Né à Sion le 31 janvier 1956, Robert Hofer a été l’élève d’Oswald Ruppen. En 1977, il est employé par Gérard Tschopp au Journal du Valais. Puis Liliane Varone l’engage à La Suisse. Depuis 1984, il travaille comme photographe indépendant notamment pour Edipresse, Sonor, Coopération, Ringier (L’Hebdo, L’illustré, etc.), le Journal de Genève, Construire, Treize Etoiles, etc. La même année, il rejoint l’Association de la presse valaisanne ; en 1987, il devient membre actif RP et co-fonde « l’Enquête photographique en Valais » en 1989. www.roberthofer.ch
2 Docteur en histoire de l’art, Julia Hountou est l’auteur de nombreux articles sur la création contemporaine. Pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis en 2009-2010, elle a enseigné dans diverses universités et écoles d’art. Elle a travaillé sur Les Actions de Gina Pane de 1968 à 1981 dans le cadre de son doctorat soutenu à l’Université de Paris I – Panthéon – Sorbonne. Sa thèse a pris la forme d’un ouvrage intitulé Les Actions de Gina Pane de 1968 à 1981 : De la fusion avec la nature à l’empathie sociale qui doit paraître prochainement aux éditions des Archives Contemporaines, en collaboration avec l’École Normale Supérieure des Lettres et Sciences Humaines de Lyon. Julia Hountou est responsable de l’espace d’exposition du Théâtre du Crochetan à Monthey (Suisse). jhountou@gmail.com http://juliahountou.blogspot.com/
3 Ses photographies de végétaux et de paysages n’ont pas été retenues compte tenu du cadre thématique de l’exposition consacré à l’humain. 4 Pour permettre au lecteur de replacer l’événement dans son contexte historique, chaque photographie est accompagnée d’une légende.
5 A la fin de l’ouvrage (p. 220), une chronologie détaillée permet à chacun de retrouver facilement les dates essentielles du parcours photographique de Robert Hofer.

Légende des photos
p. 115 : Robert Hofer Incertain regard couverture du livre
Robert Hofer, Paris, 1980
p. 116 : Robert Hofer, Ecône, 1988
p. 117 : Robert Hofer, Helmut Kohl, 1989
p.118 : Robert Hofer, Jardiniers sur les quais, Vevey, 1979
p. 119 : Robert Hofer, Mitterrand Couchepin, 1989
p. 120 : Robert Hofer, Incertain regard, affiche de l’exposition
p. 121 : Robert Hofer, MOB, 1989

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à