fbpx

Eric Emmanuel Schmitt: Une odyssée contemporaine vibrante d’émotions

par

Par Julie CadilhacPUTSCH.MEDIA/ « Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage… » chante dans ses vers un Du Bellay nostalgique de ses terres angevines. Saad Saad pourrait hurler tout le contraire; son pays l’étouffe et c’est partout ailleurs qu’il trouvera, espère-t-il, une possibilité de ne plus subir l’échec et la fatalité dont l’Irak est devenu synonyme à ses yeux.

Dans son nom, le personnage concentre toute son essence : l’espoir, la tristesse, l’Irak et l’Angleterre. L’espoir d’avoir sa chance dans un pays où les lois sont justes et le chaos ne règne pas, la tristesse qui pèse sur sa famille et les deuils qu’elle endure à bout de force, L’Irak et sa capitale Bagdad où il a appris à réfléchir avec Papa et à aimer avec Leila et puis L’Angleterre, l’Ithaque tant fantasmée… Quand on s’appelle Saad Saad et qu’on a grandi sous le régime tyrannique de Saddam Hussein, quand on s’appelle Saad Saad et qu’on a su sa fiancée expirante sous les décombres d’un immeuble bombardé, quand on s’appelle Saad Saad et qu’on voit sa caste périr durant l’embargo américain, peut-on avoir l’étoffe d’un héros? D’ailleurs, qui mérite ce titre? Celui qui survit et demeure fidèle à son pays ou celui qui a l’audace de fuir? Ulysse from Bagdad est un roman vibrant d’humanité dont l’écriture, fluide autant que parcourue de frissons philosophiques, suit le rythme véloce d’un coeur en sursis. Eric Emmanuel Schmitt nous invite à suivre le parcours ,complexe et éprouvant, d’une odyssée moderne où les cyclopes ont des airs de gardiens de prison, Eole s’improvise douanier, les enchanteresses font fleurir des leurres de papiers administratifs et les tempêtes sont toujours aussi épouvantables. Les inconditionnels de la mythologie grecque apprécieront les clins d’oeil récurrents à l’écriture d’Homère et à ses caractères , aimeront à rêver d’une Calypso au charme sicilien, de Lotophages aux airs de Reggae Man, de sirènes hystériques aux chants assourdissants, de compagnons de galère à la peau ébène… Un roman où, d’habile manière, l’auteur conduit une réflexion sur notre condition d’homme et notre fragilité. Qui protège l’homme à l’heure de la mondialisation si ce n’est les institutions d’un pays juste? Existe-t-il vraiment des pays justes? Un pays juste a-t-il le droit de choisir les « élus » qu’il protégera? Et quels sont ses critères? Clandestin, n’est-ce pas un mot qui renie toutes les valeurs d’humanité et de fraternité? Doit-on montrer du doigt celui qui tente d’échapper à un destin sordide? Eric Emmanuel Schmitt a le don de soulever des questions sans y faire pénétrer une impression inconfortable de leçon moralisatrice. Saad n’est ni meilleur ni pire que les autres; il se débat dans un monde Charybde & Scylla qui est prêt à le happer à tout instant…Un livre où les voix de ceux qui vivent en cachette, terrés comme des bêtes traquées, résonnent et en outre, même les morts ont droit de consultation dans cette histoire! Les dialogues entre Saad et son père sont délicieux d’ironie tendre, de pensées sages et de justesse dans la peinture du conflit inter- générationnel. Un roman dont on ne se sépare qu’à regret, écrit par un conteur d’histoires de grand talent. On y est entraîné dans une épopée où le cynisme est tenu à distance – car il est le compagnon d’infortune des perdants et dans laquelle l’espoir palpite avec la fragilité d’un oiseau frêle, mais pugnace… « Papa agita ses pieds au dessus de l’onde. – Écoute, fiston, on ne va pas gémir la nuit ainsi. S’il y a un problème, il y a une solution. – La solution, c’est que je me noie dans le Nil! – Tu pourrais aussi te tuer avec un couteau à beurre. Il gloussa et ajouta: – Ou risquer une overdose de camomille. Il se tapa les cuisses. – À moins que tu ne te pendes à une toile d’araignée. D’un geste, j’arrêtai son délire. – Tu trouves ça drôle? – Moi, oui. Pas toi? Bon, Saad, soyons simples, il n’y a que deux issues: soit tu rentres, soit tu passes outre. – Rentrer? Jamais. Ce serait me résoudre à échouer. – Eh bien, tu vois! Tu la connaissais, la solution! On continue! -On? – Oui, je t’accompagne. «  Titre: Ulysse from Bagdad Auteur: Eric Emmanuel Schmitt Éditions: Le livre de poche Prix: 6,50 euros. Parution : 2008

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à