fbpx

Comment faut-il payer les patrons ?

par

Par Daniel fattore – En partenariat avec les-agents-litteraires.fr / Les excès récemment observés dans le niveau de salaire de certains grands patrons suggèrent l’existence, au sein des entreprises, de dysfonctionnements importants dans les politiques de rémunération.

Cet opuscule analyse les contrats dont bénéficient les dirigeants d’entreprise et propose des changements pour que leurs rémunérations soient plus directement liées à leurs performances et à leur action.
> Le moins qu’on puisse dire, c’est que le petit ouvrage de Frédéric Palomino est d’une actualité permanente, tant il est vrai qu’on entend régulièrement parler, un million chassant l’autre, des excès en matière de rémunération des chefs d’entreprise. Cette brève synthèse expose brièvement la question des rétributions monétaires des grands cadres, ce qui permet au lecteur de mieux comprendre certains débordements. L’auteur donne par ailleurs quelques pistes pour optimiser la structure de rétribution des patrons.
Le titre cerne d’emblée de quoi il s’agira. Le choix du verbe « payer » intervient en effet à dessein pour limiter le propos aux rétributions strictement liées à l’argent (cash et valeurs boursières), à l’exclusion d’éventuels avantages en nature, conditions de travail ou arrangements commodes favorisant le transfert d’un cadre.
Dès lors, l’auteur commence son exposé par un rappel des objectifs qu’une entreprise peut poursuivre, soit selon un point de vue typiquement anglo-saxon (satisfaire ses actionnaires), soit selon un point de vue plus « continental » qui englobe des objectifs sociaux. Plus riche, donc plus détaillée, c’est cette approche qui sert de socle principal à la réflexion de l’auteur.
Celui-ci expose ensuite les principaux éléments de la structure des salaires des cadres dirigeants : salaire fixe, stock-options, actions, indemnités de départ. Il en cerne les enjeux et les risques, par exemple ceux liés aux fluctuations boursières indépendante de l’action du patron ; le fonctionnement des stock-options et de leur effet plus ou moins incitateur est également abordé. Le paradoxe lié aux indemnités de départ (versées même si le patron partant n’a pas atteint les objectifs) est également levé.
Les modalités d’intervention des conseils d’administration sont également abordées, de même que leur rôle général. En particulier, la question de l’indépendance de leurs membres est analysée de manière assez approfondie, l’enjeu étant d’éviter une prise d’ascendant de la part du chef exécutif de l’entreprise.
On le voit, les outils ne manquent pas pour rétribuer le chef d’une grande entreprise. L’auteur esquisse également quelques pistes pour le dosage de chaque élément, par exemple en fonction de l’âge de la personne engagée.
Un tel ouvrage paraîtra peut-être succinct à un spécialiste des hautes rétributions, mais il constitue une bonne introduction, claire et bien structurée, fondée sur des enquêtes, statistiques et ouvrages de référence, pour toute personne qui s’intéresse aux ressources humaines – sans compter, bien sûr, le simple salarié qui se demande comment et pourquoi les salaires des patrons s’envolent.

Comment faut-il payer les patrons ?, de Frédéric Palomino, éditions rue d’Ulm, 73 pages, 7 €.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à