fbpx

Pas Mieux : un roman à lire pour savoir ce que sont devenus Elvis et Michael Jackson

par

Par Nicolas Bodou –bscnews.fr / « Je venais de faire la connaissance de « commmoi », mon fiston. Il semblait avoir la délicatesse de la toile émeri et tout son être rayonnait de la tendresse infinie qui pousse les psychopathes à égorger les bébés koala avec une lime à ongles.
« Commmoi » était la branche Al-Qaïda de mon arbre généalogique.

En octobre 2009 sortait en librairie un livre loufoque, « En moins bien », roman d’Arnaud Le Guilcher, qui voyait la lune de miel d’un looser patenté partir en tripe complètement dingue. Située entre une station balnéaire moins trois étoiles et une dune sur laquelle tourne en rond un allemand abandonné par sa femme, En moins bien se trouvait être le symbole d’une liberté folle, qui laissait partir le lecteur les pieds nus, une bouteille à la main et le regard planté en l’air comme si la lune crachait du rhum au dessus d’un ciel trop clair.
Servi par une verve façon Audiard sous acide, on finit ce roman avec l’envie euphorique de retrouver à nouveau ce « héros magnifique » et son monde pas tout à fait normal.
C’est chose faite avec Pas mieux, suite encore mieux qu’En moins bien, oui … évidemment il fallait bien jouer un peu avec les titres…
Un soir de noël, 15 ans plus tard, le narrateur se prépare à fêter noël avec sa bande de marginaux, sa nouvelle sobriété et Prosper, son chien alcoolique qui est : « un croisement marronnasse et hors d’âge entre un animal, un gigot et un bout d’intestin ».
Soudain, on sonne à la porte, c’est Emma, elle est revenue, mais elle n’est pas seule.
Avec elle son fils, leur fils, 15 ans, et gothique qui ressemble « à Edouard aux mains d’argent, sans les mains d’argent(…), j’avais un fils. Il avait quinze ans, et il était à chier ».
C’est donc un père que nous retrouvons ici notre héros ! Un nouveau rôle, pour notre narrateur, et rien ne va se dérouler normalement.
Tout simplement jubilatoire.
Arnaud Le Guilcher nous entraîne une fois de plus dans un univers truffé de personnages loufoques tel cet avocat ressemblant à « un sosie de colombo fraîchement écrabouillé par un semi-remorque », de scènes improbables comme cette clinique où le personnel souffre du syndrome de Gilles de La Tourette :
« – Le bureau du professeur, s’il vous plaît ?
– Vous vous mettez un doigt dans le cul et c’est au fond du couloir. A gauche.
– Merci
– Va chier »

On arrache les pages littéralement tant son écriture est électrique, et sa verve toujours aussi percutante.
On ne se contente plus de lire ici, on trace la route avec une bande d’allumés, qui sont aussi imprévisibles qu’attendrissants. Beaucoup trop de choses se dégagent de l’écriture d’Arnaud le Guilcher pour la résumer sur une quatrième de couverture.
Rien n’est normal chez Le Guilcher, et c’est tant mieux.

Un livre à acheter d’urgence, ne serait-ce que pour savoir ce que sont devenus Elvis Presley et Mickael Jackson !

> Envie de lire  » Pas Mieux  » ?

Le premier volet, En moins bien vient de sortir chez Pocket.
De : Arnaud Le Guilcher
Stéphane Million Editeur.
www.stephanemillionediteur.com
288 pages
17 euros

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à