fbpx

Cold Prey : Un troisième volet très décevant

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Il est toujours très difficile d’enchaîner les suites au cinéma. Mais Cold Prey réalisé par Roar Uthaug ( 2006) échappait brillamment à la règle jusqu’à la sortie dernièrement du troisième opus. Le premier volet nous plonge dans l’odyssée morbide d’un groupe de 5 jeunes norvégiens pris au piège d’un hôtel désaffecté à 3 000 mètres d’altitude. Le décor est glaçant, la tension palpable et le scénario aussi crédible que passionnant.

Il suffit à Roar Uthaug de l’espace restreint d’un hôtel isolé au milieu de montages enneigées à perte de vue pour nous faire vivre une expérience de haut vol. Sélectionné par le festival de Gérardmer, ce film est une vraie réussite et Ingrid Bolso Berdal finit de nous convaincre dans un rôle plein et intense.

En 2008, le second volet de Cold Prey sort.L’effet de surprise ne fonctionne plus puisque l’action se déroule dans ce même et immense hôtel désaffecté et se concentre sur l’idée d’enfermement. Réalisé cette fois-ci par Mats Stenberg, cet opus garde tout de même une saveur très particulière et réussit ce tour de force d’utiliser les mêmes outils pour proposer une suite de qualité. L’actrice principal Ingrid Bolso Berdal, est à elle seule la garante de l’enthousiasme et de l’obsession du réalisateur à nous terrifier. Elle est remarquable tant son registre de jeu est large sur cette production. L’action est bien menée et ne faiblit pas. On se laisse une nouvelle fois happer par cette intensité et cette terreur. Entre huis-clos, piste de neige, hémoglobine et claustrophobie, ce « survival » est de très bonne facture et mérite d’être vu.

Mais le troisième volet est bien moins appétissant. Les passerelles sont grossières et ne servent qu’à lier une histoire qui ne cesse péniblement de raccrocher les wagons avec les deux premiers films tout en cherchant un simulacre d’originalité. Le scénario confine à l’ennui où l’on comprend que Mikkel Braenne Sandemose, le réalisateur n’a pas cherché à laisser de côté les ingrédients qui ont fait le succès des deux premiers films. Ainsi, c’est sans surprise qu’un nouveau groupe d’étudiants se retrouvent perdus en pleine montagne. On doit être au printemps probablement car il n’y pas de neige. Dès le début, un policer est propulsé dans l’histoire par on ne sait quel subterfuge. Il est malheureusement empêtré dans la maladresse inévitable d’un rôle mal défini. La trame est prévisible et parfois confuse. De courses poursuites en parties de cache-cache passant par quelques prises de vue morbides, l’histoire ne décolle jamais. Ça tranche, ça découpe, ça cisaille mais ça ne fait pas rêver. On en oublie presque qu’il y a rapport quelconque avec les deux premiers opus.

Cold Prey III est un volet bien décevant et on aurait à coeur de dire que c’est la suite de trop. Contentez-vous de dévorer les deux premiers et d’oublier le troisième ( Les deux premiers volets sont proposés par le Studio Canal dans un coffret).

Réalisé par Mikkel Braenne Sandemose
Avec Ida Marie Bakkerud, Julie Rusti, Kim S. Falck-Jørgensen, plus
Titre original : Fritt Vilt III
Long-métrage norvégien . Genre : Epouvante-horreur
Année de production : 2010

Film déjà disponible en DVD depuis le : 21 juin 2011
Film déjà disponible en Blu-ray depuis le : 5 juillet 2011

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à