fbpx
Jennifer Zonou Alias Hava " My little Green Box"

Jennifer Zonou alias Hawa nous hypnotise avec « My little Green Box »

Propos recueillis par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Jennifer Zonou est tout à fait le genre d’artistes dont certains classent illico presto comme un talent de la diversité à qui ils s’empressent d’accoler dans le dos une liste de clichés bien ronflants.

propos recueillis par

Et bien, Hawa incarne bien au contraire la singularité artistique née d’une somme d’influences très diverses. Elle nous propose un album très singulier, personnel, endiablé et envoûtant, poussé par une singularité remarquable tant sur le plan humain que musical. Alors, rangez-vos étiquettes et plongez les deux mains dans «My Little Green Box» d’Hawa.

Jennifer, voilà un premier album qui s’annonce déjà comme une réussite en ce début d’été. Sa force est portée par une fraîcheur groove, une voix qui emporte, des rythmes entraînants et une atmosphère quelque peu ragga. D’où vous viennent ces influences ?
Quel que soit son continent d’origine, la musique « noire » a fait partie intégrante de mon éducation musicale, et forcément mon univers est empreint de tout ça. Les voix , les mélodies,les rythmes sont gravés en moi.

Quelle est cette petite boîte verte ?
Cette boîte est mon inspiration, elle me pousse à aller chercher dans mes émotions, mes valeurs, ma force et mes espoirs, et c’est ce que je veux ressentir quand je compose et chante.

On lit souvent dans la presse qu’il y a un côte Vintage dans votre musique. Est-il assumé ou est-ce une impression qui ne correspond pas à la réalité ?
On a tendance a utiliser ce terme à tout va, à la base on l’utilisait pour parler du meilleur « du millésime », alors si on parle de ma musique en ce terme je suis preneuse… Ma réalité n’ attache que très peu d’importance aux étiquettes, je donne ce que je ressens et ça je l’assume.

Jennifer Zonou Alias Hava " My little Green Box "Quel est la part de l’héritage familial dans la singularité de votre musique ?
Elle est énorme, pour faire court, mon père nous a baigné dans le rythm’ & blues, la musique africaine et continue de le faire, il m’a fait découvrir Public Enemy en 90, à 11 ans « Fight the power » était beaucoup trop violent pour moi, pour lui c’était révolutionnaire , ils étaient les descendants de James Brown. J’ai commencé à écouter des choses différentes vers mes 14 ans, je suis allée voir côté rock, métal, pour plus tard m’attarder sur la scène fusion,rap, reggae française avec un intérêt porté sur les textes engagés,… ha c’est donc ça l’adolescence… et suis revenue à la source vers mes 21ans.

Quel est l’accueil quelques jours après la parution de cet album ?
C’est encore frais pour faire un bilan mais je dirais plutôt bon, en me basant sur les différentes chroniques, articles, les retours de vives voix, et les choses qui se présentent, je suis ravie.

Quand et quels sont vos débuts dans la musique ?
Quand, c’est une amitié de longue date, concrètement ma rencontre avec Lucien Sezes (IPM) a été un déclencheur, première collaboration dans le monde du rap lyonnais, qui m’a conduit au gospel et à mes premiers pas en tant qu’auteur compositeur interprète et non plus que chanteuse.

On parle énormément de l’apport des individualités qui vous accompagnent dans cette belle aventure. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Tout d’abord « Patchworks », qui a construit cet album autant que moi, c’est un magicien, je suis épatée par sa rapidité à mettre les choses en oeuvre et à les sublimer, il m’a imposé un rythme soutenu mais j’ai du répondant alors notre collaboration n’en a été que plus interactive et efficace.
Messieurs Chambouvet et Kaprielan (respectivement pianiste et batteur de CHK Trio) sont à la base de cette aventure, ils m’ont déposés sur la route de Patchworks et ont mis leur talent à disposition. J’ai le plus grand respect pour eux, pour leur musique parce qu’à chaque fois que nous jouons ensemble c’est évident, nous sommes connectés.

Quels sont vos projets pour les semaines à venir, Jennifer ?
Nous sommes en train de monter le set pour le premier concert de la sortie d’album qui se tiendra le 16 Juillet à Lyon et c’est très excitant, la rentrée s’annonce bien avec plusieurs concerts en prévision.

Où pourra t-on vous écouter cet été ?
Je serai sur scène le 16 Juillet à Lyon. On a également la chance d’être programmé sur quelques radios, et notamment en playlist sur France Inter à partir du 1er Juillet, alors tendez l’oreille.

Pour finir, aimez-vous être présentée comme une Soul Sista moderne ?
ahh les étiquettes…Vous devinez la suite…

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à